Archive

La vie centrafricaine, racontée à des élèves du Canada

Le vice-président de Minta-Saint-Bruno ira à la rencontre des jeunes pour témoigner de son expérience de missionnaire en Centrafrique

 

Gaétan Gros-Louis entamera une tournée dans les établissements scolaires de Saint-Bruno-de-Montarville (municipalité du Québec au Canada) à compter du mois prochain. Le vice-président de Minta-Saint-Bruno ira à la rencontre des jeunes pour témoigner de son expérience de missionnaire en Centrafrique, en plus de parler de la mission et des projets de l’organisme montarvillois qu’il représente.

Habillé d’un boubou traditionnel, M. Gros-Louis fera découvrir plusieurs choses aux élèves. Le conférencier ne manque pas d’idées pour intéresser les jeunes : cours 101 de sango (langue nationale de Centrafrique), transport d’eau sur la tête, écoute de musique africaine font partie des expériences que vont vivre les jeunes. Nul doute qu’ils seront ébahis!

En dix ans de mission en République centrafricaine, M. Gros-Louis a eu le temps de cumuler bien des images, des photos et des anecdotes. «Je vais expliquer aux enfants comment est constituée une famille de là et quelles sont ses traditions; ils constateront que c’est bien différent d’ici, d’expliquer M. Gros-Louis. Et comme je serai dans des écoles, je parlerai bien entendu du milieu scolaire : comment sont composées les classes, quels sont les cours qui s’y donnent, l’ambiance et le matériel utilisé.»

M. Gros-Louis n’est pas en reste côté sujets. Il entretiendra également les jeunes sur la chasse aux papillons, l’instinct de survie face à la nourriture et l’accès restreint à l’eau potable. «L’eau a toujours été un sujet très important pour Minta, et encore plus cette année, puisqu’il en est le thème principal, rapporte M. Gros-Louis. Personnellement, si je n’avais pas été en Afrique, je n’aurais pas été autant sensibilisé aux problèmes d’eau. Et je tiens à partager mon expérience avec la relève en solidarité internationale.»

Sur les 13 projets soutenus par Minta cette année, sept portent sur l’eau. M. Gros-Louis les présentera brièvement aux élèves. « Mon but est de sensibiliser les enfants à la réalité des jeunes Africains de leur âge, et de les inviter à se joindre à nous le samedi 2 mai, lors de la marche officielle de Minta », ajoute le conférencier.

 


© journaldest-bruno.qc.ca
Gaétan Gros-Louis part en croisade dans certains établissements scolaires du Canada pour parler de la République centrafricaine (Photo: Oriane Wion)
Minta dans les écoles
Un des deux volets de la mission de Minta est de « contribuer au développement d’une conscience sociale dans notre communauté, plus particulièrement chez les jeunes du milieu scolaire ».

À titre d’organisme communautaire local, voué depuis 45 ans à l’aide internationale, Minta croit qu’il est impératif de contribuer à apprendre aux enfants à se définir comme citoyens du monde, responsables et solidaires. La mondialisation modifie les notions de citoyenneté qui, dorénavant, ne peuvent se définir uniquement en fonction des frontières physiques des pays.

Aide humanitaire et solidarité sont des thèmes et des valeurs que Minta véhicule depuis presque un demi-siècle dans la communauté. Et pour perpétuer sa mission, l’organisme a besoin du soutien des écoles, primaires et secondaires.

En 2014, 760 élèves de 5e et 6e année du primaire ont eu la visite de Minta dans leur école. Cette année, et pour une première fois, l’École primaire Jacques-Rocheleau, à Saint-Basile, s’est jointe au processus.


Commentaire


Retour en haut