Archive

La part des enfants centrafricains dans le processus de réconciliation en RCA

Vingt-huit enfants ont été choisis par leurs pairs pour conduire leur propre forum à Bangui, jeudi et vendredi.

 

En Centrafrique, alors que le Forum national de Bangui prévu en avril se prépare, les enfants ont aussi leur mot à dire. Après des consultations organisées dans les provinces (comme pour les adultes) par l'Unicef et les ONG sur le terrain, vingt-huit enfants ont été choisis par leurs pairs pour conduire leur propre forum à Bangui, jeudi et vendredi. Ils doivent ensuite remettre leurs recommandations à la présidente Catherine Samba-Panza et au Conseil national de la transition (CNT).

Dans cette salle, quelque part à Bangui, on prépare activement la synthèse qui sera remise solennellement à la présidente. Pour les adultes, cíest un moyen de faire participer les enfants à la vie de la cité, mais aussi díexorciser les drames quíils ont vécus, comme líexplique Ennio Bedema de líUnicef: «Quíest-ce que leurs yeux ont vu ? Quíest-ce que leurs oreilles ont entendu ? Quíest-ce que les mains ont fait ? Quíest-ce que le cúur a ressenti ? Où est-ce que les pieds allaient et ne peuvent plus aller ? Quíest-ce que les mains ont fait et quíelles ne faisaient pas avant?»

 


© portesouvertes.fr
Diane vient de Bossangoa. Comme les autres, elle a subi la crise de plein fouet: «Nous étions dans la brousse pendant un an et six semaines. Par exemple, moi jíai perdu mes deux parents à cause de ce conflit. La guerre nous a amenés à devenir des enfants délinquants, à avoir des grossesses non désirées. Cíest pourquoi nous, les enfants de Centrafrique, nous nous sommes réunis ici pour dire non à toutes ces violences.»

Après les constats, la réflexion et les recommandations seront prises en compte lors du Forum national, ont promis les autorités : « Ce sont tout díabord des enfants qui sont très conscients de leur réalité, et qui ont vécu cette crise autant que les adultes et qui ont autant à dire que les adultes », ajoute le représentant de l'Unicef.

Tous les thèmes sont abordés: violence, viols, gouvernance, impunité. Abass vient de Bria. Il a choisi son thème de prédilection: «En ce moment, il y a la justice qui fait son travail, mais je veux accorder la justice dans le pays, devenir magistrat pour appliquer la justice de mon pays. Cíest ça mon rêve.»


Commentaire


Retour en haut