Archive

Jean de Drien Margeat: "on compte organiser un stage au Maroc avant l’Afro-Basket 2015"

Le président de la fédération centrafricaine de basket-ball évoque les chantiers en cours

 

Créée en 1960, juste après l’indépendance, la Fédération Centrafricaine de Basket-ball a connu son heure de gloire en 1974 et aussi en 1987, l’année où son team national était sacré champion d’Afrique, et une troisième place en 1968. C’était aussi l’époque des Michael Monkongo, François Phehoua Jr, Romain Sato, Lionel Bomayko et Max Kouguére, pour ne citer que ceux là. Mais après une cinquième place en 2005, c’est la descente à l’enfer pour le team centrafricain, et pour plusieurs raisons, en premier l’instabilité politique qu’a connue le pays, aussi la relève n’a pas été assurée comme il se doit. Aujourd’hui, au Centrafrique, la grosse balle orange est sur la bonne voie pour rebondir de plus belle sous la tutelle de son nouveau Président l’ex international M. Jean de Drien Margeot. Nous l'avons rencontré au Maroc.

Monsieur le Président, le but de votre visite au Maroc ?
Ma visite au Maroc que je considère mon deuxième pays, rentre dans le cadre des relations que nous entretenons avec la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball, que préside M. Mostafa Aourach. Mardi, lors de la réunion que j’ai eu avec le M. Mostafa Aourach, nous nous sommes mis d’accord que nous allons mettre en commun plusieurs chantiers dans le domaine de l’arbitrage, de la formation des cadres techniques, la mise en place des rencontres entre les deux teams et aussi l’échange des expériences.

Où peut-on placer aujourd’hui le basket-ball Centrafricain ?
Disons qu’il est entrain de renaitre de ses cendres, et ce, grâce à un programme préétablie et en commun entre notre fédération et le ministère de l’éducation, avec l’instauration d’un championnat scolaire fiancé directement par l’Etat. Aujourd’hui, nous disposons d’une nouvelle génération prête à relever le défi lors de prochaines échéances africaine.

 


© unilim.fr
Une idée sur le basket-ball national ?
J’ai eu l’occasion de croiser votre équipe nationale avec les Khalfi, Bouhali, Idrissi, Bassim, et ce, à l’occasion du Championnat d’Afrique des Nations. Votre basket est très technique, avec de la discipline tactique il fera mal.

Que faut-il au basket-ball Africain ?
Les moyens, une infrastructure qui répond aux besoins de la discipline, car le potentiel est là. J’étais charmé par les installations de la salle du complexe sportif Moulay Abdallah.

Verra-t-on votre team national ici au Maroc ?
Certainement, puisqu’on compte organiser un stage au Maroc avant l’Afro-Basket 2015, aussi nous sommes invités pour prendre part au tournoi international que compte organiser la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball.

Un souhait ?
Avant mon souhait, je remercie le Président de la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball, M. Mostafa Aourach, pour l’accueil chaleureux dont j’ai fait l’objet, je souhaite que nos deux teams se retrouvent sur le plateau final de l’Afro-Basket 2015.


Commentaire


Retour en haut