Archive

Le chef de guerre Dominic Ongwen remis à l'Ouganda

Des représentants de la CPI ont rencontré mercredi à Bangui la présidente Samba-Panza pour discuter du cas Ongwen

 

Des représentants de la Cour pénale internationale (CPI) ont rencontré mercredi à Bangui la présidente Samba-Panza pour discuter du cas Ongwen.

Cette équipe de la CPI va se rendre dès jeudi à Obo, cette ville préfecture centrafricaine aux confins de la RDC et du Soudan du Sud .

Cíest là que les forces spéciales américaines ont remis Dominic Ongwen à un commandant ougandais de la force de líUnion Africaine chargée de traquer la LRA

Selon líambassade des Etats-Unis en Ouganda, les forces spéciales américaines qui appuient le contingent africain dans sa mission ont livré Ongwen tôt mercredi aux militaires ougandais.

Un porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda, a déclaré mardi quíOngwen sera envoyé à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Cette reddition hautement symbolique díun chef de líArmée de Résistance du Seigneur a mis Bangui dans líembarras. Yoweri Museveni, en froid avec la CPI, ne souhaitant pas le transférer depuis Kampala.

 

Le président ougandais a appelé la présidente centrafricaine de la transition et les deux leaders ont convenu du transfert díOngwen à partir de la Centrafrique.

Dominic Ongwen pourrait rapidement arriver à La Haye, peut-être même dès la fin de la semaine selon une source centrafricaine.

La justice internationale líaccuse díesclavage d'enfants, de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

LíOuganda, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo (RDC) et la Centrafrique ont tous fourni des contingents à la force africaine chargée de pourchasser les rebelles de la LRA aux confins des forêts aux frontières de la RCA, de la RDC et du Soudan du Sud.

Pour les Etats-Unis, la reddition díOngwen "est un symbole visible de la réussite du partenariat" contre la LRA. Celle-ci est accusée d'avoir tué et kidnappé des dizaines de milliers de personnes au cours des trois dernières décennies, d'abord dans le cadre díun soulèvement contre le gouvernement ougandais, puis en tant que bande armée errante.

Quatre autres dirigeants de la LRA ont été inculpés par la CPI de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.


Commentaire


Retour en haut