Archive

RCA: La France passe le relais à líONU

Dans le nord et l'est du pays : pas une seule route goudronnée! C'est dans ces zones de brousses reculées que se produisent encore le plus d'exactions

 

Pour les militaires français en opérations extérieures, les fêtes de fin d'année c'est à minima: un repas amélioré et quelques colis. Ils sont 8500 mobilisés en ce moment sur différents théâtres díopération. 2000 en Centrafrique. Une mission baptisée Sangaris et entamée il y a un an et qui évolue. La France veut la transférer ces prochains mois à la force des Nations Unies sur place.

Le quartier Fatima de Bangui, un quartier musulman mais à la lisière d'un secteur chrétien. Il y a un an, les affrontements ont été, ici, très meurtriers. La patrouille ce matin-là se fait conjointement avec des soldats de la MINUSCA, la force des Nations Unies. Avant le départ à pied, les deux chefs s'accordent autour de la carte du quartier dépliée sur le capot díun de leurs véhicules. "Je vous propose quíon débute en prenant cette artère que vous voyez ", dit líun. "Díaccord, mais ensuite on tournera là", répond líautre.

Pour la force française, c'est le lieutenant Paul qui dirige cette patrouille, posté derrière les hommes aux casques bleus. "Cíest le chef de ce groupe de la Minusca qui dirige. Nous restons toujours derrière accessibles visuellement. Lui décide quand il veut que líon fasse un arrêt pour prendre des renseignements avec des habitants, ou un chef du quartier. Nous sommes là pour lui en appui, en soutien", explique le lieutenant. Il y a un an quand les soldats français sont entrés dans ce quartier pour tenter de désarmer, ils n'ont pas reçu le meilleur des accueils. Aujourd'hui, selon le lieutenant Paul, les choses se normalisent. "On vient si souvent ici que les habitants ont fini par nous connaître. Certains petits garçons nous appellent en disant notre grade et notre nom. Cíest assez sympathique. Malgré tout, nous restons vigilants", dit le lieutenant Paul.

 


© RF/ Mathilde Lemaire
A Bangui les soldats français de Sangaris collaborent avec la Minusca, la force des Nations Unies
Le développement du banditisme
Au fil des mois, les taxis reviennent dans le quartier. Les habitants ressortent. De nouvelles échoppes ont ouvert. Tout le monde espère pour bientôt le rétablissement de l'électricité et la réouverture de líécole. Mais pour autant la peur n'a pas disparu. Car si les affrontements confessionnels se sont apaisés, le banditisme s'est développé : racket, braquage. "Jíai peur des bandits de grand chemin qui possèdent des grenades, des kalachnikovs et même des obus. A 20 heures, tout le monde rentre chez soi et plus personne ne sort. Tout le monde craint que ces voyous ne viennent nous attaquer et nous prendre tout ce que nous avons", raconte Ludovic 34 ans.

Eric, 27 ans non plus n'a pas retrouvé complètement sa sérénité mais il veut croire que son pays est sur le bon chemin : "Moi je pense que le désarmement complet serait la bonne solution. Car nous sommes une très grande majorité à vouloir la paix ici. Beaucoup de monde à Bangui a vécu líhorreur il y a un an, a vu ses parents ou ses enfants tués sous ses yeux. Et pourtant nous pensons que líheure est à la réconciliation. Il faut une grande réconciliation nationale pour nous pardonner les uns les autres et redonner une chance à notre peuple qui a su être uni pendant des années avant cette guerre".

Plus de police ni de justice
Líun des gros problèmes cíest que la police et la gendarmerie centrafricaines ont été dépouillées au cours des affrontements l'an passé. Elles n'ont plus d'arme, plus d'uniforme, parfois plus de bâtiment. Il faut tout reprendre. Certains policiers ou gendarmes ont un temps infiltré des milices. Il serait problématique de les réarmer. Les autorités judiciaires aussi sont à genoux. Il y a une prison, mais les conditions de vie y sont déplorables et les évasions régulières.

Autre gros chantier: la reconstruction des infrastructures. C'est l'une des missions que se sont donnés les soldats européens de la force EUFOR. Ils sont environ 500. Nous montons dans l'un de leurs véhicules. Ce sont des soldats italiens. Ils reconstruisent en ce moment un pont détruit depuis des mois. Cíest un pont métallique entre deux des quartiers : l'un musulman l'autre chrétien. "Ce projet est 100 % européen : cíest le génie italien qui le monte. Il a été fabriqué par la Pologne, fourni par République tchèque et transporté par líAllemagne", explique le lieutenant colonel Mario Renna, chef de ce contingent.

 


© RF/ Mathilde Lemaire
Les soldats de la force européenne EUFOR reconstruisent un pont entre un quartier musulman et un quartier chrétien de Bangui
En brousse, toujours des exactions
Les habitants des environs, en découvrant la banderole qui annonce la reconstruction de ce pont, se disent ravis. "Jíai des amis et de la famille dans ce quartier. Mais aujourdíhui cíest un casse-tête pour venir les voir. Je prends un premier taxi. Je líarrête, je traverse la passerelle piétonne, puis je dois reprendre un deuxième taxi. Quand le pont sera construit, là ce sera beaucoup plus simple. Il y aura moins de détours, moins de kilomètres à faire. Ce sera comme un pont de la réconciliation en plus", se félicite Célestine, une jeune maman.

La reconstruction de ce pont est un symbole fort, mais il faudrait tellement plus dans ce pays où il n'y a quasiment aucune route goudronnée. Dans le nord et l'est du pays : pas une seule ! C'est dans ces zones de brousses reculées que se produisent encore le plus d'exactions.

Des élections avant l'été
Direction Bambari à 400 kilomètres au nord-est. Il y a 10 jours, une vingtaine de personnes ont été tuées ici.

Les civils passent leur temps à se déplacer pour fuir les explosions de violences. "Cíest un secteur tellement grand et tellement broussailleux quíil y a toujours des crimes qui nous échappent. De toute façon, le but de notre présence níest pas de mettre un homme derrière chaque habitant", explique le colonel Hervé Pierre qui commande le détachement de soldats français dans ce secteur. Selon lui, la priorité est díaider à restaurer líautorité des préfets et des maires. Le gros challenge de 2015 pour la Centrafrique sera la tenue d'élections législatives et présidentielles sous l'égide de l'ONU. Un scrutin compliqué à organiser dans ce pays qui compte toujours des dizaines de milliers de déplacés, et où les registres d'état civil ont été détruits, brûlés au cours des violences de ces deux dernières années.


Commentaire


Retour en haut