Archive

Le président du CNT doit faire des propositions concrètes pour la sortie de crise

Par Habylah Awal, Coordonnateur de l'UPC

 

Ce qui se passe actuellement à Bambari ne surprend pas outre mesure la direction politique de líUPC. Est-il besoin de rappeler que le 22 novembre dernier, nous prenions à témoin líopinion nationale et internationale dans un communiqué de presse valant une mise en garde contre les manoeuvres machiavéliques de Jean Jacques Demafouth, Aristide Sokambi, Gontran Djono Ahaba et Mahamat Kamoun, consistant à payer des jeunes désoeuvrés de Bambari dans le but de mettre le feu aux poudres à Bambari afin de diaboliser les éléments de líUPC et disqualifier ce mouvement aux yeux de la communauté nationale et internationale.

Cíest dans ce contexte que Monsieur Ferdinand Nguendet a cru devoir effectuer un déplacement dans cette ville qui níétait quíune occasion de show médiatique qui nía fait quíenvenimer les choses au lieu díapaiser la situation. Alors quíil est bien établi que cíest un élément de Joseph Zoundéko qui a tué líun des aides de camp de du président du CNT parti en précurseur à Bambari, M. Ferdinand Nguendet a préféré porter ses accusations contre le général Ali Darras et ces éléments de líUPC quqi font pourtant un remarquable travail au quotidien pour ramener la paix et la sécurité à Bambari.

 


© wordpress.com
De même que ce sont les éléments de Joseph Zoundéko qui ont eu des altercations avec les anti-balaka qui ont terrorisé la population civile qui a décidé de déserter chez elle pour se mettre à líabri chez Sangaris, Minusca et les lieux de cultes.

LíUPC tient juste à rappeler aux Centrafricains quíelle nía pas de leçons à recevoir de celui-là même qui était la première personne à organiser une marche de soutien à la coalition Seleka et qui est aujourdíhui Président du CNT grâce à ladite Seleka. Cíest dans la logique des choses síil fait tout actuellement et est prêt à tout pour protéger ses amis pourtant présumés coupables de crimes de guerre et de crime contre líhumanité. Il lui manque aussi le courage et la volonté politique de dénoncer la barbarie des anti-balakas de peur díêtre tué

Au lieu de faire un show médiatique pour exhiber sa montre en or, il ferait mieux en tant que Président du CNT de faire des propositions concrètes de sortie de crise de la RCA ce dont la population Centrafricaine a le plus besoin et non de la politique de salon et des calculs politiciens.

Fait à Paris, le 6 décembre 2014


Commentaire


Retour en haut