Archive

Le père Bernard Kinvi, le Juste de Centrafrique

Le prélat a sauvé plus dun millier de musulmans menacés par les milices anti-balaka

 

«Quand je suis devenu prêtre jai dit que jétais prêt à risquer ma vie pour mon prochain. Je lai dit mais je ne réalisais pas ce que cela signifiait», explique le père Kinvi. Son courage a été mis à lépreuve au mois de janvier, quand deux miliciens armés sont allés le voir dans sa mission catholique de Bossemptele.

Les jeunes gens étaient des anti-balaka, une milice dautodéfense contre les musulmans de la Sélaka qui ont terrorisé le pays. Ils venaient plaider la défense dun musulman qui avait été saisi et que leur groupe voulait exécuter : « Ils ne nous écoutent pas, mais ils ne voudront pas aller contre lavis dun prêtre », expliquaient-ils. Le père Kenvi a accepté, malgré sa peur : il connaît les anti-balaka et sait de quoi ils sont capables. Il arrive trop tard pour le pauvre homme, qui a déjà été exécuté. Mais sa résolution est prise, et il fera tout son possible pour arrêter le massacre.

À Bossemptele, les combattants musulmans de la Selaka ont fait régner la terreur jusquau mois de janvier, date à laquelle ils ont été repoussés par les anti-balaka qui massacrent à leur tour tous les musulmans. Pendant les combats du 18 janvier, le prêtre prend sous sa protection un garçon musulman de 14 ans que les miliciens veulent exécuter. On lui dit : « Il faut le tuer, sinon il va grandir et nous combattre ». Mais le prêtre répond que cest impensable : « Cest un être humain. Pour le tuer, il faudra dabord me tuer. » Finalement on les laisse tous les deux s'en aller.

 


© lexpress.fr
Ce prêtre médecin de 32 ans a parcouru les deux camps, soignant les uns comme les autres, aidant les musulmans à se cacher des miliciens. Son aube de prêtre lui permet de passer partout et les anti-balaka couverts de grigris attribuent à ce vêtement une aura magique. Groupe par groupe, il a aidé les musulmans à fuir vers le Cameroun. Mais il ne désespère pas de voir ses concitoyens se réconcilier. «​ Au début, explique-il, les miliciens tuaient tous les musulmans quils rencontraient. Mais des gens de plus en plus nombreux se sont opposés à ce massacre. Certains en ont cachés et nous ont ensuite contactés pour les faire sortir du pays », explique-t-il. Salué par lHuman Rights Watch Award, le prêtre souhaite à présent voir le Centrafrique revenir à la raison : « Je voudrais que mes frères musulmans puissent revenir chez eux ».


Commentaire


Retour en haut