Archive

Des soldats gabonais bientôt en Centrafrique

Sovereign Global France (SGF) a signé, la semaine dernière, un contrat pour la formation díun bataillon de 450 soldats gabonais qui devront rejoindre les troupes onusiennes en Centrafrique.

 

Prévu pour être déployé à la fin du premier trimestre 2015 en République centrafricaine, un bataillon de 450 soldats gabonais devant rejoindre le contingent onusien devrait être formé sous peu par la Sovereign Global France (SGF). Les termes de cette opération ont été signés le 31 octobre dernier en France, entre le ministre de la Défense nationale, Ernest Mpouho Epigat, et le président de la SGF, Jérôme Paolini.

Ainsi, comme à Djibouti et au Tchad, rapporte le bloggeur Philippe Chapleau, relayant líinformation sur le site «Ouestfrance», la SGF va mettre en condition opérationnelle et aux standards des OMP (Opération de maintien de la paix) les soldats gabonais sur une période de 3 ans.

 


© defense.gouv.fr
Des militaires gabonais durant un stage avec les forces françaises au Gabon (FFG) en janvier 2014
Il síagit notamment díun programme de conseil et díassistance pour la mise aux normes ONU du bataillon de réserve gabonais déployé au sein de la Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA). La vingtaine de formateurs de la SGF axeront leur formation sur 3 volets, à savoir : le conseil et líassistance au ministère de la Défense nationale dans ses relations avec líONU pour la préparation, la réalisation et le suivi du déploiement, la préparation du bataillon de 450 hommes en vue de sa projection et un programme de conseil et díassistance pour les inspections onusiennes en Centrafrique et pour la maintenance des équipements sur le théâtre des opérations.

A en croire la source, «les activités de SGF devraient démarrer fin novembre, díune part à Libreville, au sein du ministère de la défense et/ou de líétat-major général des forces armées, et díautre part sur le camp de Mouila, à 400 km au sud-est de Libreville, pour líéquipe qui appuiera la montée en puissance du bataillon».


Commentaire


Retour en haut