Archive

La France préoccupée par la situation sécuritaire en Centrafrique

Líambassadeur de France au Congo, Jean Pierre Vidon, s'est dit préoccupé des derniers développements de la crise au terme d'un entretien avec Sassou Nguesso

 

Líambassadeur de France au Congo, Jean Pierre Vidon, síest déclaré, mercredi à Brazzaville, préoccupé par les derniers développements de la situation sécuritaire en République Centrafricaine (RCA) au terme díun entretien avec le chef de líEtat congolais, Denis Sassou NíGuesso, médiateur de la crise centrafricaine, annonce la radio publique.

"Líessentiel de notre conversation a porté sur la situation en RCA. Depuis le début de la crise en Centrafrique, le Congo et la France agissent de concert dans ce domaine. Nous sommes préoccupés par les derniers débordements qui ont lieu dans la ville de Bangui. Des Banguichois ont dû à nouveau quitter leurs foyers pour se réfugier dans des lieux plus sûrs", a indiqué M. Vidon.

"Sans doute, il faudra plus de temps pour parvenir aux élections, mais il faut aussi que cette période de temps soit aussi contenue que possible. Il y aura encore beaucoup de négociations sur ce sujet, líessentiel étant que líon poursuive dans la transition, une transition qui ne doit pas perdurer au delà des limites qui ont été fixées. Ce que líon peut souhaiter pour la RCA, cíest que le plus vite possible, la transition soit faite pour que les élections puissent se tenir à une échéance aussi proche que possible", a-t-il ajouté.

 


© sassou.net
L'ambassadeur de France au Congo au terme de l'entretien du 15 octobre avec le président congolais Denis Sassou Nguesso
Les troupes françaises sont engagées en RCA aux côtés de celles de líUnion européenne (UE) et des Nations Unies, en vue de permettre à ce pays en proie à des violences depuis un certain temps, de retrouver la voie de la paix, de la sécurité et de la stabilité.

Pour M. Vidon, la voie a été déjà tracée à travers la résolution des Nations Unies et les différents accords signés par les différents protagonistes afin de ramener un climat de quiétude en RCA.

"Il y a une stratégie globale adoptée par les Nations Unies qui a été suivie par tous les partenaires. Je parlais de la France et du Congo qui ont des consultations régulières, qui travaillent ensemble sur ce sujet. Cíest ensemble quíon peut trouver une voie pour poursuivre dans la logique des accords qui ont été passés, les accords de Libreville, la charte de transition. Donc, on ne peut pas síécarter de ces textes", a-t-il expliqué.


Commentaire


Retour en haut