Archive

Centrafrique: le premier livre d’Augustin Jérémie Doui Wawaye

L’ouvrage «Repenser la sécurité en République centrafricaine», est paru aux Editions l’Harmattan à Paris

 

Le premier «joujou» littéraire, d’Augustin Jérémie Doui Wawaye, intitulé Repenser la sécurité en République centrafricaine, aborde dans un angle fermé la question de la sécurité en République centrafricaine. Il est une suite logique de la thèse de Doctorat soutenue en droit par son auteur sous le titre: La sécurité, la fondation de l’Etat centrafricain: contribution à la recherche de l’Etat de droit. L’ouvrage se vend en France et dans ses succursales de l’Harmattan en Afrique

 


© Droits réservés
Dans ce livre de 100 pages annexes comprises, est divisé en deux parties: les enjeux de la réconciliation et la mise en œuvre de la réconciliation sont abordés dans la première partie, tandis que les modes de rétablissement de la sécurité en RCA et la reconquête de la stabilité sont traités de façon ludique par l’auteur Jérémie Wawaye. Lire Repenser la sécurité en République centrafricaine c’est dénuder l’historicité sécuritaire de la Centrafrique depuis 1959 à 2013, dans un style d’écriture engagé.

Ce que dit le résumé
En République centrafricaine, la lutte obsessionnelle pour le pouvoir et la guerre civile ont provoqué massacres, tensions intercommunautaires et haines viscérales. Mais comment sortir de cette fatalité? Le défi à relever serait d'amorcer une réconciliation entre les couches sociales fracturées, rétablir la confiance entre les Centrafricains et leurs leaders et restaurer l'autorité des institutions étatiques. Il faudrait aussi redéfinir le mot : sécurité.

 


© Droits réservés
A propos de l’auteur
Enseignant-chercheur, Maître-enseignant à l’Université de Bangui, Augustin Jérémie Doui Wawaye, est né le 14 septembre 1974 à Bouar (Ouest de la République centrafricaine). Il est membre du Centre de Recherche En Droit Et Sciences Politiques (CREDESPO) de l'université de Bourgogne en France. C’est sur conseil de ce centre français que Jérémie a pu contacter l’Harmattan qui, en retour, a émis un avis favorable pour la publication et la commercialisation dudit ouvrage. Philippe Icard directeur de mémoire de Monsieur Wawaye, membre du CREDESPO, Catherine Enel et Maguy Minonzo ont été d’une grande utilité dans la mise en œuvre de ce projet.


Commentaire


Retour en haut