Archive

Centrafrique: Samba-Panza, dos Santos et les mallettes

En mars, le président angolais avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine afin de renflouer son pays en faillite.

 

Un quart de cette somme n'est pas entré dans les caisses de líÉtat. Simple oubli?
Quand on préside Ė ne serait-ce que par intérim- aux destinées d'un pays pauvre, sinistré, instable et entièrement dépendant de l'aide financière et militaire étrangère, on se doit d'être irréprochable côté gouvernance. Cette leçon, Catherine Samba Panza devrait la méditer alors que la Centrafrique vient de passer sous quasi-tutelle onusienne et que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale s'apprêtent à examiner son cas, début octobre, à Washington. Au cúur des préoccupations des grands argentiers de la planète, qui devront décider síils accordent ou non un ballon d'oxygène aux finances exsangues du gouvernement centrafricain: la gestion, pour le moins opaque, d'une importante somme d'argent remise en main propre à la présidente Samba-Panza par son homologue angolais.

 


© Droits réservés
L'affaire date d'il y a sept mois. Le 4 mars 2014, Catherine Samba-Panza (CSP) se rend en urgence ç Luanda. À Bangui, les caisses du Trésor sont vides et la chef de líÉtat, étranglée, doit absolument assurer le salaire des fonctionnaires, conformément à ses engagements. Son hôte, le président José Edouardo dos Santos, est riche, et il ne lui déplaît pas de prendre la relève du Congolais Denis Sassou Nguesso, qui, jusqu'ici, comblait seul tel Sisyphe, les déficits sans fond de la Centrafrique. Il se montre donc compréhensif et, après avoir longuement reçu CSP, s'engage sur un don de 10 millions de dollars (7,8 millions d'euros), dont la moitié lui est remise sur-le-champ, en liquide, dans des valisettes. Pourquoi en liquide ? Parce que l'Angola n'est pas membre de la zone franc, qu'un virement via Paris prendrait trop de temps et que Mme Samba Panza est très pressée.

De retour à Bangui le lendemain, la présidente remet elle-même les 5 millions cash à trois personnes de confiance, avec pour consigne -aucune banque commerciale de Bangui ne disposant des liquidités nécessaires- d'aller les changer contre des CFA à Douala, au Cameroun.

Le 6 mars, Mahamat Kamoun, Conseiller spécial à la présidence (et actuel Premier ministre), Christelle Sappot, fille et chef de cabinet de CSP, et Robert Bokoyo, directeur adjoint du trésor se rendent dans la capitale économique du Cameroun et procèdent à l'opération de change auprès d'Ecobank. Le 8 mars, un peu plus de 2 milliards de FCFA (Ecobank empochant au passage une belle commission de 6%) sont transférés sur le compte du Trésor centrafricain auprès de la Banque des États de l'Afrique Centrale(BEAC). Jusqu'ici, tout va bien -si ce n'est que le ministre centrafricain des Finances, Rémi Yakoro, est curieusement tenu à l'écart de toute la transaction. Une bonne partie des fonctionnaires recevront, ce mois-là, leur salaire.

Quelques semaines plus tard Ė fin mars, début avril-,la deuxième tranche du don angolais, soit 5 millions de dollars cash, parvient à la présidence de Bangui via un émissaire. Et c'est là que le bât blesse. Le 28 avril, à la demande de Mahamat Kamoun, le directeur général du Trésor, Gabriel Madenga, se fait remettre par Christelle Sappot, la fille de CSP, la somme de 2,5 milions de dollars qu'il transfère aussitôt sur le compte centrafricain à la Beac, via Ecobank, dont l'agence banguissoise dispose, cette fois, des liquidités ,nécessaires en francs CFA.

 


© Droits réservés
Pactole
À nouveau, le ministre des Finances, pourtant unique ordonnateur des finances de l'état, est mis de côté. Il ne sera informé qu'à posteriori, deux jours plus tard, par un courrier du DG du Trésor. Une anomalie et une question évidente : quid de la seconde moitié de la seconde tranche, soit l'équivalent de 1,132 milliard de F CFA, un pactole à l'échelon centrafricain ? Pressée de questions par le FMI, qui a eu vent du don, et par la présidence angolaise, qui apprécie peu cette « disparition » d'une partie du magot, Catherine Samba-Panza charge son directeur de cabinet, Joseph Mabingui, de réagir. En guise de réponse, ce dernier confectionne un tableau (reproduit ci-contre) daté du 14 juillet 2014, dans lequel il est « expliqué » que l'argent manquant a été utilisé sous forme de « fonds politiques » et réparti entre le Premier Ministre de l'époque, André Nzapayéké, ma présidente et des chapitres aux intitulés aussi vagues (« composantes de la société civile », « actions gouvernementales »...) qu'incontrôlables.

Bonne Foi
Il va de soi que la procédure normale en la matière, qui veut que ces fonds de souveraineté doivent d'abord être inclus au sein du compte courant du Trésor à la Beac avant d'en ressortir n'a absolument pas été respectées. Face aux bailleurs de fonds internationaux, mais aussi à José Edouardo dos SANTOS ; qui l'a convoqué le 20 août à Luanda pour une brève séance d'explication, et Dénis SASSOU NGUESSO, qui ne cache plus l'agacement qu'elle lui inspire, la présidente par intérim a plaidé la bonne foi et (encore) l'urgence de la situation, sans lever pour autant les soupçons qui pèsent quant à l'utilisation des 2,5 millions de dollars. En visite à New York mi-septembre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, Catherine Samba-Panza a décrit avec des mots justes et émouvants la situation catastrophique dans laquelle se trouve son pays. Elle ne parlait pas, on l'aura compris, de sa propre gestion.

François Soudan
Jeune Afrique N° 2803 du 28 septembre au 04 octobre 2014


La réponse du gouvernement Centrafricain

Communique de la Présidence de la République centrafricaine

 


© Droits réservés
Antoinette Montaigne, Porte-parole de la Présidence
Bangui, le 26 septembre 2014

La Présidence de la transition déplore la propagande acharnée avec laquelle des intérêts occultes cherchent à déstabiliser díavantage, sous couvert díallégations mensongères médiatisées, la République Centrafricaine, pays particulièrement fragilisé par une crise militaro politique profonde et confronté à un grand défi de mobilisation de ressources pour sortir la population de líextrême vulnérabilité.

Le discrédit permanent, jeté sur les relations fortes díamitié, de fraternité et de solidarité existantes entre la République de líAngola et la République Centrafricaine, poursuit líunique dessein de priver le peuple centrafricain, plongé dans la détresse humanitaire la plus grave de son histoire depuis décembre 2012, de toute assistance significative et durable de ses pays voisins membres de la CEEAC, qui se sentent concernés par le sort de líEtat

Centrafricain et de sa population meurtrie.

La Présidence de la transition tient à informer líopinion nationale et internationale que sur initiative de la Cheffe de líEtat de la Transition, toute la lumière a été faite sur la gestion de líassistance financière mise à la disposition de la République Centrafricaine par le gouvernement angolais avec les hautes autorités du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale en marge de líAssemblée Générale de líONU à New-York.

Par conséquent, la Présidence de la transition demande instamment que cesse la campagne calomnieuse en cours, dont le peuple centrafricain nía pas besoin, à un moment où des efforts sont déployés pour maintenir la République Centrafricaine en bonne place dans líagenda de la communauté internationale à côté des nombreuses urgences qui mobilisent líattention des bailleurs de fonds.

Pour la Présidence de la transition,
Antoinette Montaigne,
Porte-parole de la Présidence.

 

 



Commentaire


Retour en haut