Archive

Bangui: le mouvement Antibalaka se mue en parti politique?

M. Sébastien Wénézoui, coordonnateur adjoint du mouvement antibalaka a annoncé líorganisation prochaine díune assemblée générale constitutive devant commuer le mouvement en parti politique

 

Sébastien Wénézoui a affirmé au cours díune conférence de presse quíaprès la mue le mouvement serait dénommé « Mouvance Patriotique pour líAvenir-I Kwé en abrégé MPA-IK ». Cette rencontre avec les hommes de média avait aussi pour objectif díannoncer la réorientation du mouvement antibalaka pour en faire un parti politique au sein duquel devront se rassembler les chrétiens et les musulmans.

 


© acap-info
M. Sébastien Wénézoui a fait comprendre que «la République Centrafricaine a connu de graves fissures sociales qui ont créé la division et la haine entre ses filles et ses fils alors quíils vivaient avant la crise ensemble comme des enfants díun même lit. Cíest pourquoi, le moment est venu pour tourner la page sombre de líhistoire en engageant les Centrafricains, ex-Séléka díune part et antibalaka de líautre, sur le chemin de la paix et de la reconstruction de la République Centrafricaine». Il a soutenu que «les divergences culturelles ou religieuses entre les filles et les fils de la Centrafrique ne doivent plus constituer un obstacle à la paix mais plutôt à une richesse». Il a demandé aux chrétiens et aux musulmans díintégrer dès líassemblée générale constitutive le parti, dont les statuts et règlement intérieur sont déjà élaborés.

M. Sébastien Wénézoui a formulé un plaidoyer auprès du gouvernement pour doter les antibalaka díun véhicule leur permettant de sillonner le pays afin de professer la paix, conformément à líaccord de cessation des hostilités de Brazzaville du 24 juillet dernier et qui est fréquemment violé, faute díinformation auprès des ex-combattants. Le désormais président de la plateforme devant aboutir à la création díun parti politique dit des patriotes, M. Sébastien Wénézoui, a exprimé sa gratitude à líendroit des forces internationales, à savoir: la Sangaris et les forces de la MISCA, devenue forces onusienne depuis le 15 septembre dernier, pour leur contribution ayant contribué à baisser les tensions en République Centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut