Archive

RCA: amertume des candidats après le report des examens du baccalauréat

Initialement prévu pour ce 1er septembre 2014, les épreuves ont été reportées pour une date ultérieure en raison des troubles sécuritaires

 

Marcellin Kongbowali, directeur de cabinet du ministre de líEducation centrafricain lía annoncé, il y a quelques jours à la presse locale à Bangui, la capitale centrafricaine. Les épreuves du baccalauréat 2014, dont le démarrage était prévu ce lundi, 1er septembre ont été reportées à une date ultérieure. Ce report est dû selon le Directeur à «des problèmes techniques», outre le regain de violence enregistré dans certaines régions du pays.

 


© UNMINUSCA
image d'illustration
M. Kongbowali nía néanmoins pas fixé une date pour le nouveau calendrier des examens, après ce report qui a provoqué chez certains candidats un goût díamertume et un certain désenchantement : «ce report brutal et inattendu affectera ma concentration et mon moral, bien entendu», a estimé le candidat Boris Balezou, du lycée Miskine, à Bangui. Myriam Sanze, du lycée Marie-Jeanne Caron, pense quant à elle, que ce report «pourrait permettre à certains candidats de parfaire leurs préparations», toutefois, «il ne doit pas être renvoyé aux calendes grecques» a-t-elle nuancé.

Il y a un mois, les établissements díenseignement privés affiliés à líECAC (Ecoles catholiques associées de Centrafrique), avaient demandé au gouvernement líorganisation de líexamen du baccalauréat plus tôt que prévu pour leurs 350 candidats ayant terminé le programme officiel. Le gouvernement avait répondu positivement à leur requête.

Au total, 8911 candidats devront passer les examens du bac sur toute líétendue du territoire national, à líexception de Boda, Bossangoa et Bambari (nord), où la dégradation récurrente des conditions sécuritaires ne permet pas encore la tenue de cet examen national.

Le nord centrafricain est par ailleurs secoué par d'intenses violences, ces derniers temps. Au moins 50 personnes ont, en effet, péri en trois jours díaffrontements (de mercredi à vendredi) entre des membres de la séléka (milice musulmane) et des anti-balaka (milice chrétienne) à Boda (Nord-est), a indiqué samedi à Anadolu, Gaétan Roch Moloto -A-Kenguemba, membre du Conseil national de transition (CNT).

 



Commentaire


Retour en haut