Archive

RCA: formation pour créer les conditions du retour de la paix en RCA

Initiées par la ministre Antoinette Montaigne en faveur des leaders des partis politiques, les sessions síétalent jusquíau 13 septembre prochain

 

La Ministre de la Communication et de la Réconciliation nationale, Mme Antoinette Montaigne née Moussa, vient díouvrir une session de formation à líintention de quelques membres de la société civile, afin quíils participent à la création prochaine des conditions díun retour durable de la paix, la réconciliation nationale, la cohésion sociale et la reconstruction nationale. Cette session de formation, qui durera du 21 août au 13 septembre prochain, a pour objectif de conscientiser les acteurs centrafricains ayant effectué le déplacement de Brazzaville à síimpliquer dans les stratégies axées sur la paix, la réconciliation et la cohésion sociale en République Centrafricaine.

 


© acap-info
image d'illustration
Cette session de formation, qui sera animée par séquence, selon les entités regroupées par lots de cinquante personnes, est une initiative du Ministère de la Communication et de la Réconciliation nationale, en partenariat avec líONG Conflic Relief Services (CRS) ainsi que quatre experts internationaux.

Les bénéficiaires de ces séquences de formation axée sur la paix vont être les leaders de la société civile, des ex-Séléka, des antibalaka, des membres du gouvernement, des représentants des institutions de la République tels que le Conseil National de Transition (CNT), líAutorité Nationale des Elections (ANE), la Cour constitutionnelle, le Haut Conseil de Communication de Transition (HCCT), etc.

Il est à noter que les ateliers sont la conséquence du forum inter-centrafricain de Brazzaville, sanctionné le 23 juillet par la signature díun accord de cessation des hostilités et la poursuite des efforts de réconciliation nationale. Les participants vont saisir líopportunité pour se poser des questions sur les motifs de la perte de la légitimité de líEtat et voir comment faire en sorte pour que líEtat retrouve sa crédibilité.

 



Commentaire


Retour en haut