Archive

Centrafrique: une impasse créée de toute pièce

La pomme de discorde étant la personne de Mahamat Kamoun considéré à tort ou à raison comme un «Premier ministre non-consensuel»

 

Dur, dur pour Catherine Samba-Panza de remettre en route la machine gouvernementale sensée mettre en úuvre les accords de Brazzaville. Pour n'avoir pas respecté «la préférence» de la communauté internationale et de certains protagonistes de la crise dans la nomination du Premier ministre, la Centrafrique se retrouve à nouveau bloquée, parce que sans gouvernement. Une situation plus que déplorable pour ce pays où les principaux acteurs devraient davantage se soucier de sortir de la trop longue crise dans laquelle il est plongé plutôt que de se disputer pour des portefeuilles ministériels.

 


© autres médias
Mahamat Kamoun, pas consensuel
La pomme de discorde étant la personne de Mahamat Kamoun considéré à tort ou à raison comme un «Premier ministre non-consensuel», il apparaît clairement qu'il s'agit d'une guéguerre de personnes plutôt que de stratégie de sortie de crise. Si à cette étape de la transition il faut s'attarder sur de tels détails, on se demande comment les populations de ce pays si bigarré pourront se réconcilier en transcendant les différences d'ethnies et de religions. En tout cas, le blocage auquel on assiste en ce moment achève de convaincre que le mal centrafricain est plus profond qu'on ne le croit.

La pauvre présidente de transition doit maintenant se débattre comme un beau diable dans un bénitier pour faire accepter son choix à toutes les parties et surtout à celles qui se braquent uniquement parce que le chef du gouvernement vient de l'ethnie ou de la religion ennemies. A l'allure où va cette impasse créée de toute pièce, la Centrafrique n'est pas prête de sortir de l'auberge.

 



Commentaire


Retour en haut