Archive

Centrafrique: formation des délégués pour le retour de la paix en RCA

Une vaste opération de formation des délégués centrafricains au forum de Brazzaville durera du 19 août au 12 septembre prochain

 

Líannonce a été faite par la Ministre de la Communication et de la Réconciliation nationale, Mme Antoinette Montaigne née Moussa, lors díune conférence de presse, à Bangui, il y a quelques jours. Líobjectif de cette formation, résultant díun plan de formation élaboré par le Ministère de la Communication et de la Réconciliation nationale et planifiée à un rythme de deux ateliers de trois jours par semaine, est de conscientiser les acteurs centrafricains à agir dans le sens de la paix, en faisant la promotion de la réconciliation et la cohésion sociale durables.

 


© autres médias
image d'illustration
Les groupes cibles concernés par cette formation vont être plus de 600 leaders issus de la société civile, des ex-Séléka, des antibalaka, des membres du gouvernement, des représentants des institutions de la République tels que le Conseil National de Transition (CNT), líAutorité Nationale des Elections (ANE), la Cour constitutionnelle, le Haut Conseil de Communication de Transition (HCCT), etc. Il est à noter que le Ministère de la Communication et de la Réconciliation nationale a déjà mobilisé les ressources indispensables à cette formation, ainsi que quatre experts internationaux qui seront entièrement pris en charge par líONG Conflic Relief Services (CRS).

Cette vaste opération de formation axée sur la paix est la conséquence du forum inter-centrafricain de Brazzaville, sanctionné le 23 juillet par la signature díun accord de cessation des hostilités et la poursuite des efforts de réconciliation nationale. Líobjectif attendu à la suite de cette formation est que les bénéficiaires soient en mesure de créer les conditions nécessaires pour la réalisation de la paix, la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

Au cours des ateliers, les participants vont síinterroger sur les raisons de la perte de la légitimité de líEtat, comment faire en sorte pour que líEtat retrouve sa crédibilité. Díaprès Mme Antoinette Montaigne, úuvrer pour la paix est une tâche de longue haleine. Cependant, a-t-elle reconnu, « les premières initiatives ont eu un impact positif sur les jeunes, les femmes, les groupes armés ».

 



Commentaire


Retour en haut