Archive

Bambari: ex-Séléka et anti-Balakas se donnent en spectacle

Des éléments des deux groupes bélligérents organisent une rencontre amicale dénommé "match de football de réconciliation"

 

Un match de football dit de " réconciliation" opposera jeudi à Bambari, ville du Centre de la République centrafricaine (RCA) abritant depuis plusieurs mois le commandement opérationnel des anciens hommes forts de Bangui, les ex-rebelles de la Séléka et leurs adversaires des milices anti- Balakas, a annoncé mercredi un dirigeant de líex- rébellion. Signe díune baisse de tension observée "au cours des trois ou quatre derniers jours", cette rencontre sportive sera marquée par la participation sur líaire de jeu du stade municipal de Bambari " des officiers et des éléments" des deux camps adverses, en présence du préfet de Ouaka, El Hadj Abakar Ben Moussa, a laissé entendre le colonel Djouma Narkoyo, porte-parole des ex-Séléka.

 


image d'illustration
Principaux belligérants de la crise politique, sécuritaire et humanitaire qui, en dépit de multiples tentatives de résolution par la communauté internationale, perdure en RCA depuis la prise du pouvoir de líex-alliance rebelle le 24 mars 2013 après trois mois de conflit avec le régime de François Bozizé, ont conclu le 23 juillet à Brazzaville (Congo) un accord de cessation des hostilités maintes fois violé.

Alors quíun nouveau Premier ministre du gouvernement díunion nationale a été nommé dimanche à Bangui, en la personne de Mahamat Kamoun, et que les dirigeants des ex-Séléka ont fait part du boycott du futur cabinet encore attendu, les unités de líex- coalition rebelle stationnées à Bambari ont décidé de jouer la carte de la normalisation avec celles des miliciens anti-Balakas dans la même ville.

"La tension a commencé à baisser. Avant-hier, ils nous ont invités, nous sommes partis. Ça síest bien passé. Cíest pour cette raison que nous avons décidé en retour ce match de réconciliation prévu demain, à 15h00 heure locale (14h00 GMT). En dehors du préfet de Ouaka, nous avons invité aussi les responsables des forces internationales (Sangaris et Misca)", a précisé le colonel Narkoyo.

 



Commentaire


Retour en haut