Archive

CSP: meeting, one-woman-show ou office religieux?

UN TAPIS ROUGE dans un lieu de culte...seul Bokassa 1er le jour de son couronnement avait osé cela à la cathédrale

 

J'avais décidé de ne plus faire attention aux petits détails de CSP mais là, comme dirait l'autre, comprenez mon émotion, mbi kanga bé ti mbi gba. On nous a parlé d'un office úcuménique. Donc au rendez-vous y avait Yaweh, Allah, Bouddah, Ngakola, Gongolomassoké, Wanto Ö le point commun entre ces divinités est que lorsqu'on s'approche d'elles, on s'humilie. Dans leur présence, y a pas de titre, pas de rang, on est réduit à notre expression la plus élémentaire : un être humain.

 


© autres médias
Je ne comprends pas que la maman des Séléka et des Antibalaka ne comprenne pas ou qu'elle n'ait pas fait comprendre cela à son protocole. UN TAPIS ROUGE dans un lieu de culte...seul Bokassa 1er le jour de son couronnement avait osé cela à la cathédrale. Mais ça, c'était un autre délire et une autre époque.

Kolingba le diacre, Patassé le petit-frère de Jésus et Bozizé le Pasteur n'ont jamais osé un RED CARPET dans un lieu de culte. De là à voir mama CSP en CATHERINE 1ère, il y a un pas que l'on peut franchir en une seconde. Si quelqu'un pouvait lui dire que chaque détail compte, cela lui éviterait de faire des choix qui brouillent le message qu'elle veut par moment véhiculer.

Les pagnes, les T-short et le tapis rouge...PAUSE, FLASH, nous sommes en RCA et l'heure de la recréation n'est pas encore finie.

 



Commentaire


Retour en haut