Archive

Bamako: près de 300 Maliens rapatriés de Centrafrique

Selon un responsable du ministère des Maliens de l’extérieur, le gouvernement a déboursé environ 300 millions de FCFA pour financer entièrement le rapatriement de nos compatriotes

 

Il était 15h 45 mn quand le vol spécial, un Boeing 777-200LA de la compagnie Ethiopian Airlines, transportant nos 299, majoritairement des enfants et des femmes, s’immobilisait sur le tarmac de l’aéroport de Sénou. A l’accueil, le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, accompagné des représentants de l’Organisation internationale des migrations (OIM), du Haut conseil des Maliens de l’extérieur, de la Croix rouge malienne. On notait aussi la présence des éléments de la protection civile, de la police et de la gendarmerie. Nos compatriotes parmi lesquels, les plus chanceux, portaient de maigres baluchons, descendent de l’appareil les uns après les autres. C’est Siaka Diarra qui a conduit la délégation de nos compatriotes. « Je remercie le gouvernement. Le voyage s’est déroulé dans de bonnes conditions», s’est-il réjoui. Toujours selon Siaka Diarra, la situation à Bangui reste très critique.

 


© abamako.com
Arrivée à Bamako d’un premier groupe de Maliens rapatriés de Centrafrique Bamako, le 06 janvier 2013 à l`aéroport de Sénou
« Depuis janvier ma famille est ici à Bamako. Comme je fais partie de la délégation des Maliens de l’extérieur de Centrafrique, j’étais obligé de rester pour organiser le rapatriement des autres », a expliqué Siaka Diarra. « J’ai quitté le Mali en 1980. J’étais au Lycée Badala. Après la fermeture des écoles suite à la grève des scolaires, je suis parti en Centrafrique. J’ai quitté le Mali à l’âge de 22 ans, actuellement j’ai 58 ans. J’ai donc fait la moitié de ma vie en Centrafrique. Dieu merci on est en vie», a raconté Siaka Diarra.

Le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla a expliqué que l’opération a été rendue possible grâce à l’implication personnelle du chef de l’Etat qui lui a demandé d’effectuer une mission pour rencontrer les autorités centrafricaines, afin que celles-ci aident à l’évacuation des quelques Maliens restés encore sur place.

L’opération, a précisé le ministre, a été préparée sur deux mois compte tenu de la situation en RCA, avec l’accompagnement de la Misca (Mission africaine de soutien à la Centrafrique) et l’OIM qui sont allées chercher nos compatriotes dans les villes de l’intérieur du pays. « On peut se réjouir qu’ils soient bien arrivés en fin de compte sur leur terre du Mali », s’est félicité le ministre Sylla qui a renouvelé la disponibilité du gouvernement à assister nos compatriotes de la diaspora partout où qu’ils se trouvent en situation de détresse.

« Aujourd’hui, on a beaucoup moins de compatriotes en Centrafrique. Ceux qui sont restés ne veulent sûrement pas rentrer. Sinon depuis janvier, nous avons lancé cet appel à rentrer», a précisé le ministre des Maliens de l’extérieur. « On ne va quand même pas obliger quelqu’un à rentrer au bercail », a-t-il ajouté.

Comme pour les précédents rapatriements, le gouvernement accueille nos compatriotes, les héberge, les soigne et les nourrit pendant 2 à 3 jours, avant de les acheminer vers les destinations souhaitées.

 



Commentaire


Retour en haut