Archive

RCA: deux soldats français blessés après de violents combats de Batangafo

Selon l'état-major, la situation était «stabilisée, mais toujours tendue» mercredi dans la localité où les militaires français ont repris leurs patrouilles

 

Deux soldats français ont été blessés lors de violents accrochages à Bantangafo, en Centrafrique. Les incidents ont opposé mardi soir les militaires français à des groupes armés «très hostiles» dans le nord du pays, a indiqué mercredi l'état-major des armées. Des affrontements similaires avaient opposé lundi les soldats français à des combattants de l'ex-rébellion Seleka, qui contrôlent la localité.

 


© EMA / armée de Terre
Les deux militaires blessés par balles ont été évacués sur Bangui et leurs jours ne sont pas en danger, a précisé l'état-major. Les soldats de l'opération Sangaris ont été pris à partie par «quelques dizaines» de combattants mardi en début de soirée, alors qu'ils étaient en mission de «contrôle de zone», a-t-on indiqué de même source. Les militaires français ont alors riposté «de façon déterminée» et les échanges de tirs ont cessé après l'intervention d'avions de combat Rafale, basés à N'Djamena, et d'hélicoptères de Sangaris.

Situation «toujours tendue»
Selon l'état-major, la situation était « stabilisée, mais toujours tendue » mercredi à Batangafo où les militaires français ont repris leurs patrouilles. Aucun bilan n'a été fourni côté français sur les pertes infligées aux groupes armés. À environ 300 kilomètres au nord de Bangui, Batangafo a été la semaine dernière le théâtre de violents affrontements entre combattants de l'ex-Seleka, à majorité musulmane, et miliciens anti-balaka à dominante chrétienne. La ville elle-même est sous contrôle de l'ex-Seleka et de Peuls armés, comme toute la moitié nord du pays. Mais la région marque la limite avec les territoires où opèrent les anti-balaka (le Sud et l'Ouest) et est devenue une zone d'affrontements.

 



Commentaire


Retour en haut