Archive

Forum de Brazza: il y a une fausse lecture des attentes de la Communauté Internationale

La Communauté Internationale attend toujours de tous les acteurs CE QUE LES CENTRAFRICAINS PROPOSENT: COMMENT FAIRE POUR RAMENER LA PAIX en RCA

 

Je ne vais pas dire si les partis politiques et la société civile Centrafricaine ont eu tort ou pas de rester à líécart du Forum de Brazza. Surtout, je pense que parmi les Centrafricains, il y a une fausse lecture des attentes de la Communauté Internationale.

Il me semble quíà Bangui, les en dessous de la démarche de la Communauté Internationale soient incomprises. Ce que la Communauté Internationale attendait des Centrafricains lors du forum de Brazza était un soutien ou non de la Transition. Ce níétait pas non plus une caution aux forces non conventionnelles Anti Balles Aka et Seleka et leur Chefs supposés. La Communauté Internationale attend toujours de tous les acteurs CE QUE LES CENTRAFRICAINS PROPOSENT: COMMENT FAIRE POUR RAMENER LA PAIX en RCA.

 


© CPI
Jean-Pierre MARA, Coordonnateur de waAza
La communauté attend que les Centrafricains disent comment faire pour que la mission de líONU qui commence en Septembre permette aux Centrafricains de retrouver le chemin de la paix et de la sécurité. Par exemple pour faire revenir la Paix, il faut une NOUVELLE ARMEE forte. Que disent les Centrafricains sur cette question ? Que propose le Gouvernement ?

Je crois que le gouvernement et les partis politiques devraient dire à Brazza, quel va être líavenir de ce pays afin de permettre díorganiser les élections. Pour moi, pour organiser des élections, il faut que le pays soit pacifié et sécurité. Pour cela, il faut des forces de Défense et de sécurité pensées par des Centrafricains et formées par les Nations Unies après le déploiement de Septembre 2014. Voilà ce que la Communauté Internationale attend du Gouvernement et des partis politiques : Propositions sur ces questions.

Par cela, le gouvernement devra élaborer les bases díun accord global qui comporte un article stipulant les modalités de réinsertion ou pas des ex Bal Aka et ex_Seleka. Si on veut les ré insérer dans une nouvelle armée, il faut bien dire quelle sera cette nouvelle armée nationale. FACA, SELEKA ANTI BALLESAKA tous ont besoin díêtre cantonner, sélectionner et former à une nouvelle déontologie militaire par les forces des Nations Unies par exemple. Si on ne veut pas intégrer les SELEKA et les ANTIBALLESAKA dans líarmée régulière, quíest-ce quíon va faire díeux ?

Voilà les questions qui auraient dues être débattues à Brazza. Ces questions qui auraient dues aboutir à un accord global comportant des actions militaires fortes envers ceux qui refusent de plier loi martial, loi díexception, etc. Brazza aurait dû être líoccasion pour le gouvernement et tous les acteurs de dévoiler une nouvelle stratégie sur la restructuration des Forces de Défense et de Sécurité et surtout la place des uns et des autres pour lever ambiguïté qui pourra naître si on veut reconstruire une nouvelle armée composée de entre FACA-SELEKA-Antibalaka-Nouvelles Recrues. Nous savons tous que les SELEKA font des enchères pour rester intéressants par ce quíen face, il níy a rien: Pas de propositions fortes de la part du gouvernement, pas de partis politique et pas díarmée.
Patriotiquement,

Jean-Pierre MARA
Coordonnateur de waAza

 



Commentaire


Retour en haut