Archive

Brazza: Sassou Nguesso appelle les Centrafricains au ressaisissement

«Agissons en RCA avant que l'attention de la communauté internationale ne soit détournée par d'autres événements»

 

Le sommet de Brazzaville qui s'est ouvert, lundi, en présence des autorités centrafricaines de transition, des représentants des groupes armés belligérants et d'autres de la communauté internationale, doit aboutir à un accord de cessation des hostilités entre Seleka et Anti-Balaka, «avant que l'attention de la communauté internationale ne soit détournée par d'autres évènements dans le monde» selon le président congolais, Denis Sassou Nguesso. Le chef de líEtat congolais et médiateur de la crise centrafricaine, Denis Sassou Nguesso, a ainsi appelé les participants au forum de Brazzaville à se ressaisir, afin de conduire leur pays dans la paix et la sécurité et lui épargner un nouveau cycle de violences. Sassou Nguesso a lancé cet appel à líouverture des travaux du forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique inter centrafricain, qui vise la conclusion díun accord de cessation des hostilités et díun accord de désarmement, première étape importante du processus de dialogue politique et de réconciliation nationale en RCA, nécessaire pour la restauration de la paix dans ce pays.

 


© sassou.net
Le président Denis Sassou N'Guesso au Forum de Brazzaville
Le président congolais a par ailleurs, appelé au désarmement des groupes rebelles qui combattent, pour la réussite de la mission des nations unies pour la sécurité en république centrafricaine (MINUSCA), qui doit prendre le relais de la Mission internationale pour la sécurisation de la Centrafrique (MISCA), sous conduite de líUnion africaine, dont le mandat síachève en septembre prochain. «Il nous faut des engagements pour conduire à son terme cette transition de manière pacifique et consensuelle avec la participation de tous. Il nous faut accélérer le calendrier de stabilisation du pays, condition indispensable à la réussite de líopération de maintien de paix des nations unies», a souligné le médiateur de la crise en Centrafrique. «Votre pays a déjà atteint líabime, il ne peut plus síenfoncer davantage dans la désintégration, vous ne pouvez plus que vous relever. Le moment est venu de tirer les leçons de toutes les expériences passées et la décision vous revient», a lancé M. sassou. «De plus en plus, nous ne cessons de mettre líaccent sur la nécessité pour vous, de vous approprier le processus de retour à la paix, à la sécurité, à líunité, à la réconciliation nationale et à la prospérité dans votre pays», a-t-il également indiqué.

Près de 200 représentants de la société civile, des pouvoirs publics, des confessions religieuses et des milices anti-balakas et Séléka venus de la Centrafrique participent du lundi au mercredi à ces assises qui connaissent également la participation des représentants des Nations Unies, de líUnion européenne, de la CEEAC, de líUA. Réunis autour de la médiation congolaise du Président Denis Sassou Nguesso ces protagonistes réfléchiront à des solutions à la crise centrafricaine dont la gravité s'est illustrée sur les plans humain, socio-économique et politique. Principal objectif: arriver à un accord de cessation des hostilités entre Seleka et Anti-Balaka. «Brazzaville est pour nous une opportunité importante pour relancer le dialogue entre Centrafricains. Relancer le dialogue pour quíensemble, nous arrêtons de nous entretuer, pour quíensemble, nous décidons díarrêter les hostilités, les violences. Cíest très important !» a déclaré la présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba Panza, à son arrivée à Brazzaville. «Il est important que la cause centrafricaine ne devienne pas une cause oubliée. Beaucoup d'événements secouent le monde et il suffit de très peu pour que líattention de la communauté internationale síoriente vers autre chose. Le fait que tout le monde soit à Brazzaville est, à mon avis, un bon signe» a déclaré Denis Nguesso, à l'aéroport de Brazzaville, en accueillant la présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba Panza.

Selon les organisateurs, ce sommet envisagera díéventuels leviers financiers pour la République Centrafricaine afin de líaccompagner dans le processus du dialogue et de faciliter la réconciliation interne. Des opérations de démobilisation des miliciens en facilitant leur réinsertion socio-économique, de ramassage d'armes sont prévues. Des objectifs tels la réorganisation de la force publique, la relance de la vie économique et l'organisation des élections sont à l'ordre du jour.

 



Commentaire


Retour en haut