Archive

Bangui: líOFCA pose ses conditions par rapport au forum de Brazzaville

Les femmes de líOFCA ont ce matin organisé une manifestation publique devant leur siège de Bangui pour dire oui à cette rencontre, tout en posant des conditions

 

Près díun millier de femmes sont sorties ce matin devant le siège de líOFCA, bloquant la circulation sur líavenue de líindépendance. Cíest avec des chants de deuil que les manifestantes ont meublé leur mouvement. Leur demande : que les victimes soient écoutées à Brazzaville. Annick Service, 1ère vice-président de líOrganisation des Femmes de Centrafrique, a expliqué quíil faut que les victimes puissent « dire la vérité à leurs bourreaux. Pour cela, il faut que les femmes qui ont toujours été victimes soient de la partie. En plus, nous ne voulons pas quíà líissue de cette rencontre, des postes soient distribués à ceux qui ont pris des armes. » Aux yeux de la 1ère vice-présidente de líOFCA, « ni les Séléka, ni les Anti-Balaka níont le droit díavoir de nouveaux postes. Ce sont tous des mouvements qui torturent le peuple ».

 


© our pénale internationale
Elle a ajouté quíun boycott de la rencontre de Brazzaville ne constituerait pas une solution. « Nous avons toujours subi les conséquences de la politique de la chaise vide dans ce pays. Pour nous, il níest pas question de boycotter le forum de Brazzaville car même si nous ne participons pas, il aura lieu et nous allons subir les conséquences. », a-t-elle dit. À ses yeux, ce níest donc pas lieu qui importe, mais líopportunité que les victimes auront de dire la vérité à leurs bourreaux. « Que ce soit à Bangui, à Brazzaville ou ailleurs, nous devons prendre part à cette rencontre pour dire ce que nous ressentons ». Annick Service a toutefois déclaré que líOFCA est prête à suivre le groupe de travail de la société civile dans son boycott de Brazzaville, mais à une seule condition : « que cette société civile nous dise ce quíil faut faire si nous níallons pas là-bas ».

Françoise, une des manifestantes, a de son côté expliqué quíelle manifeste aux côtés des autres femmes «parce que nous sommes fatigués des crises à répétition dans ce pays. Nous sommes fatiguées díêtre traitées comme des bonnes à rien. Je veux que la communauté internationale écoute les femmes et quíelles tiennent compte de ce que nous avons à lui dire. Je suis là parce que je ne veux pas que ceux qui nous tuent, nous pillent reviennent encore sous díautres formes. Sans eux, la République peut exister. Nous ne voulons plus que nos bourreaux continuent díagir en maitres ».

La manifestation des femmes de líOFCA a bloqué la circulation sur líavenue de líIndépendance pendant près de deux heures. Cíest la pluie qui síest abattue sur la capitale ce matin qui les a dispersées. Il síagissait-là de la première manifestation publique sur le forum de Brazzaville. Notons que le parti MDREC de Joseph Bendounga organisera díici vendredi 18 une marche pacifique à líencontre du forum de Brazzaville.

 



Commentaire


Retour en haut