Archive

République centrafricaine: Pays veut élire un président!

Depuis 1960, François Bozizé est le sixième président

 

Située au cúur de l'Afrique, la RCA partage ses frontières au nord avec le Tchad, au sud à la fois avec la République du Congo et la République Démocratique du Congo, à l'Est avec le Soudan et à l'ouest avec le Cameroun. Avec une superficie de 623.000 km², elle compte environ 3,8 millions d'habitants. Le français et le sango sont ses deux langues officielles. Constituée d'une mosaïque d'ethnies qui s'étaient rencontrées au gré des aléas de l'Histoire ou fuyant devant les esclavagistes venant du nord ou de l'Est de ce qu'on appelait à l'époque Oubangui-Chari, la RCA a encore une histoire politique récente. Ancienne colonie française, le territoire de l'Oubangui-Chari est proclamé République centrafricaine le 1er décembre 1958 par le président de l'Assemblée territoriale de l'époque, Barthélemy Boganda. Le 16 février 1959, Il dote la nouvelle République de sa première Constitution dont le préambule proclamait déjà «l'attachement du peuple aux droits de l'homme, aux principes de la démocratie et de la libre détermination des peuples». Un mois après l'adoption de cette constitution, Boganda disparaissait dans un accident d'avion. Son successeur, monsieur David Dacko proclamera l'indépendance le 13 août 1960. Il fait amender à plusieurs reprises la Constitution de 1959, la vidant de sa substance démocratique. Il consacre par la même occasion le Mouvement de l'Evolution Sociale en Afrique Noire (MESAN) comme l'unique parti politique. En 1966, le colonel Jean Bedel Bokassa prend la tête d'un coup d'Etat militaire et suspend la constitution.

 


La présidence de la République Centrafricaine
Deux Actes constitutionnels des 4 et 8 janvier 1966 fixeront l'organisation provisoire des pouvoirs de la République. Le nouveau président se fera alors proclamer président à vie en mars 1972 puis, érigera la République en Empire en septembre 1976. La Constitution impériale vivra à peine deux années lorsque David Dacko, protégé par des parachutistes français, renverse l'Empire et rétablit la république. Un séminaire national de réflexion aboutit à un projet de Constitution qui sera adopté par referendum le 1er février 1981. Le préambule de ladite Constitution proclame la forme républicaine de l'Etat, reconnaît les droits de l'homme et consacre en son article 4 le multipartisme: «les partis politiques concourent à l'expression du suffrage universel. Ils se forment et exercent librement leurs activités». Cette nouvelle Loi fondamentale ne sera malheureusement pas appliquée car les résultats de l'élection présidentielle de mars 1981 seront contestés par l'opposition au régime de Dacko et leur proclamation, suivie de violents troubles. Le général Kolingba dirigera alors un nouveau coup d'Etat militaire avec le consentement de Dacko. La Constitution sera suspendue.

Deux Actes constitutionnels instaurent un Comité militaire de redressement national (CMRN) disposant de tous les pouvoirs et interdisant toute activité aux partis politiques. Cinq ans plus tard, la quatrième Constitution centrafricaine sera adoptée par referendum le 21 novembre 1986. Cette Loi fondamentale et le régime de parti unique qu'elle a fondé plieront sous les contestations démocratiques des années 1990.

Ils ont présidé aux destinées de la RCA 1960-2010
David Dacko, de 1960 à 1965 (5 ans)
Jean Bedel Bokassa de 1965 à 1979 (14 ans)
David Dacko de 1979 à 1981 (2 ans)
André Kolingba de 1981 à 1993 (12 ans)
Ange Félix Patassé de 1993 à 2003 (10 ans)
François Bozizé depuis 2003 (7 ans)

 



Commentaire


Retour en haut