Archive

Un rapport de líONU demande plus de fermeté envers les groupes armés

Le groupe d'experts des Nations unies a rendu public le 4 juillet un rapport d'étape sur la situation en RCA

 

Dans le rapport publié par le groupe díexperts, l'Onu demande notamment de veiller à ce que les membres de ces groupes qui exercent toujours des fonctions dans les Forces de défense et de sécurité soient relevés de leurs fonctions. Il síinquiète de la persistance d'une situation d'anarchie en RCA. L'ONU a aussi documenté un certain nombre d'exactions commises par les groupes armés. Des violences commises depuis le 5 décembre, mais aussi le pillage des ressources naturelles. Les experts dénoncent l'impunité. Un rapport qui pourrait ouvrir la voie à un nouveau train de sanctions, car une liste de noms sera soumise dans quelques semaines à l'appréciation du comité de sanction. Pour les experts des Nations unies, la République centrafricaine est encore loin d'être sortie du gouffre.

 


© photos/information_binuca
image d'illustration
L'impunité reste totale ou presque, les groupes armés, mais aussi les pilleurs et les profiteurs profitent de l'anarchie générale. Pire, que ce soit dans le camp des anti-balakas ou dans celui de la Nouvelle Seleka, certains chefs locaux font tout pour que cette situation persiste. Les experts de l'Onu s'inquiètent du fait que les autorités de transition n'en font pas assez pour mettre au pas ces groupes armés. Ils attendent notamment que les membres des FACA ou de la gendarmerie qui appartiennent à l'un de ces deux groupes soient définitivement écartés des forces de défense et de sécurité.

Les experts s'inquiètent aussi du fait que dans les zones sous leur contrôle, certains responsables Seleka et antibalakas aient mis la main sur les ressources minières, principalement or et diamant qui ne rapportent plus rien à l'état centrafricain. Sans un retour de l'administration dans les zones minières, la RCA ne pourra profiter de ses ressources naturelles, indiquent les experts. Ils ont par ailleurs, identifié un certain nombre de fauteurs de troubles dont les noms pourraient être prochainement soumis au comité de sanction de l'ONU.

 



Commentaire


Retour en haut