Archive

Sangaris: point de situation du 3 juillet

Point sur les opérations de la force Sangaris, engagée en République centrafricaine, du 26 juin au 3 juillet 2014.

 

Les effectifs de la force Sangaris sont de líordre de 2 000 soldats. Les forces françaises sont présentes principalement dans trois zones :
- à Bangui et Boda avec le GTIA Acier,
- à líouest, de Beloko à Bossembele avec le GTIA de Boissieu,
- et à líest, dans un triangle Sibut-Dekoa-Bria, avec le GTIA Scorpion.

Les effectifs díEUFOR-RCA sont de 700 hommes, dont 250 militaires français. Pleinement opérationnelle depuis le 15 juin, EUFOR-RCA a aussitôt pris le relais de Sangaris pour appuyer la MISCA dans les 3e et 5e arrondissements de Bangui. Les effectifs de la MISCA sont de 5 800 hommes.

 


© Ministère de la Défense
A Bangui, avec le GTIA Acier, la force Sangaris maintient des éléments aux côtés des forces de sécurité intérieure (FSI) et de la MISCA à la sortie nord de la ville, à PK12. Díune manière générale, elle est aujourdíhui en posture de réaction rapide (« quick reaction force » ou QRF), en mesure díintervenir au profit des forces internationales déployées dans la capitale.

Le GTIA Acier a fait effort sur le point díentrée sud-ouest de la capitale, à PK9, où un groupe díextrémistes, vraisemblablement associés à des éléments relevant davantage du banditisme, cherchait depuis le 21 juin à perturber la situation sécuritaire dans le quartier. Ils se livraient à des actes de prédation envers les populations et entravait leur liberté de circulation. Leurs barrages ont été systématiquement démontés par la force Sangaris, qui, après avoir recherché le dialogue avec eux, a repris les barrages de vive force après avoir été prise à partie par des éléments armés.

Dans líouest, le GTIA de Boissieu poursuit son contrôle de zone en appui de la MISCA, mais aussi des FSI. Líengagement de ces forces de sécurité centrafricaines permet de développer un embryon de « pilier sécuritaire » qui manque à la RCA. Le 1erjuillet, au sud de Bouar, les éléments du GTIA ont ainsi participé au désarmement, avec les gendarmes centrafricains, díun groupe díune vingtaine de personnes. Les individus ont ensuite été remis aux forces de sécurité intérieures.

Après une très forte affluence la semaine passée, le trafic sur líaxe reliant le Cameroun à Bangui a repris de manière normale, avec près de 400 véhicules entrés en République Centrafricaine, dont environ 200 poids lourds. 140 díentre eux ont été escortés par la MISCA ou la force Sangaris.

Dans líest, au cours des 3 dernières semaines, Sangaris a fait face à un cycle de représailles entre les différentes communautés, avec, en particulier, des affrontements au sud et à líouest de Bambari. La force Sangaris a appuyé la MISCA en renforçant ses effectifs et en engageant des hélicoptères armés. La situation a été particulièrement tendue le 26 juin avec une tentative de prise des quartiers est de la ville de BAMBARI par un groupe de près de 400 anti-balakas. Sangaris a dû síengager dans une reconnaissance offensive pour barrer líaction de ces individus et leur interdire les accès de la ville. Depuis, la situation síest stabilisée.

Le 1er juillet, le général Bellot des Minières, commandant la force Sangaris, síest rendu à Bambari aux côtés du ministre centrafricain de líadministration territoriale, pour impliquer les autorités locales, civiles et religieuses, dans le rétablissement de la situation sécuritaire de la ville.

Dans le couloir central, le GTIA Scorpion poursuit ses actions de sécurisation entre les villes de Sibut et Dekoa. Une brève montée de tension a eu lieu le 30 juin à Dekoa, où líintervention de la force a permis díéviter un affrontement entre deux groupes armés. Cet incident ne remet toutefois pas en cause la stabilisation progressive dans la zone.

 



Commentaire


Retour en haut