Archive

Centrafrique: Jean-Yves Le Drian attendu à Bangui et Bambari

La visite de deux jours du ministre français de la Défense intervient alors qu'une dizaine de soldats français ont été blessés récemment lors de violents accrochages avec des groupes armés

 

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian se rend ce lundi, 7 juillet pour deux jours en Centrafrique où, selon ses services, une dizaine de soldats français ont été blessés récemment lors de violents accrochages avec des groupes armés. Sept militaires français avaient été blessés jeudi à Bambari au cours d'accrochages qui ont suivi l'arrestation par les forces de sécurité centrafricaines d'un milicien anti-balaka, a-t-on précisé de même source. Deux des blessés, plus gravement atteints sans que leurs vies soient en danger, ont été évacués. Et vendredi, quatre soldats français avaient également été légèrement blessés à Bangui.

 


© Reuters
Jean-Yves Le Drian lors d'une visite à Bangui en février 2014
Le ministre sera lundi à Bangui et mardi à Bambari, à l'est de la capitale.Il s'agit de la septième visite de M. Le Drian dans le pays depuis le lancement de l'opération française "Sangaris" en Centrafrique, le 5 décembre 2013. A Bangui, il doit s'entretenir avec le commandant des forces françaises, le général Eric Bellot des Minières, puis avec la présidente centrafricaine, Catherine Samba Panza. Jean-Yves Le Drian doit notamment faire le point sur la remise en marche d'une chaîne pénale à Bangui - gendarmerie, justice, lieux de détention... -, considérée par la communauté internationale comme une priorité pour tenter de stabiliser le pays.

A Bambari, le ministre rencontrera les soldats français déployés en appui de la force de l'Union africaine, la Misca, dans cette ville considérée comme la porte vers l'est du pays. Les tensions restent vives dans cette zone entre communautés centrafricaines. Les militaires français doivent notamment faire face à un cycle de représailles entre combattants et partisans de l'ex-rébellion Séléka, à dominante musulmane, et miliciens anti-balaka, à majorité chrétienne, mais aussi à des éléments incontrôlés qui se livrent à des violences contre la population civile.

 


© Ministère de la Défense
Sangaris : transfert díautorité du DETLOG
Le 30 juin 2014, sur le camp de MíPoko, à Bangui, síest déroulé le transfert díautorité du détachement logistique (DETLOG). Le lieutenant-colonel Wadin a relevé le lieutenant-colonel Leblanc lors díune cérémonie présidée par le général Eric Bellot des Minières, commandant la force Sangaris. Composante essentielle pour la conduite des opérations sur líensemble du territoire, le DETLOG assure le soutien des hommes et des matériels dans un contexte et un environnement exigeant. Depuis son arrivée en Centrafrique le 4 mars 2014, le DETLOG a parcouru plus de 350 000 km avec sa centaine de véhicules et sur des axes difficilement praticables. Son peloton de circulation routière (PCR), garantissant líappui au mouvement des convois logistiques, a permis líacheminement de 620 tonnes de fret dont 75 000 rations de combat et 52 000 packs díeau au profit des groupements tactiques interarmes (GTIA) déployés à líest et à líouest du territoire.

Fort de 300 soldats, le DETLOG arme une plate-forme logistique sur le camp de MíPoko, à Bangui, véritable centre névralgique du théâtre. Il est aussi responsable de la maintenance des véhicules, du soutien du combattant, de la composante « énergie », du traitement de líeau, des services de restauration et de la fonction « carburant ». Adoptant une posture opérationnelle permanente avec sa QRF « maintenance » (quick response force) en alerte de jour comme de nuit, le DETLOG a largement úuvré à la mise en place des infrastructures nécessaires à la vie courante des 2 000 soldats en opérations.


Commentaire


Retour en haut