Archive

Bangui: Le PAM fournit des repas scolaires aux enfants déplacés

Cette opération concerne plus de 50.000 enfants chaque jour, dans 44 écoles des quartiers les plus affectés par la crise

 

En Centrafrique, les deux tiers des écoles sont toujours fermées. Mais peu à peu des enfants peuvent reprendre le chemin de líécole. Le PAM les aide en fournissant des repas scolaires. Parfois ce sera leur seul repas de la journée. Chaque jour, Charlotte Naganda, a la lourde tâche de nourrir 3.000 enfants. A la tête díune équipe díune douzaine de femmes, la responsable de la cantine scolaire de líécole Benz-Vi veille sur de grandes marmites où cuisent le riz et les légumes secs, fournit par le Programme alimentaire mondial (PAM). Les parents díélèves fournissent le bois pour alimenter le feu.

 


© PAM/Donaig Le Du
image d'illustration
Dans chacune des classes, líarrivée du déjeuner, dans de grandes bassines en plastique, est un moment très attendu. "Pour certains de nos élèves, cíest le seul repas de la journée, explique Joseph Regapa, le directeur de líécole. Certains ne mangent quíune partie de la ration, et ramènent le reste à la maison, pour consommer le soir ou pour partager".

Car ces enfants reviennent de loin. Certains vivent encore dans des camps de déplacés, díautres viennent tout juste de regagner leurs maisons. "Ils ont vécu tellement de choses", soupire Joseph Regapa, qui lui-même a passé plusieurs semaines dans un camp. "On essaie désormais de les rassurer". Plus de 111.000 personnes sont toujours déplacées dans la capitale.

Pendant des mois, les enfants níont pas pu étudier. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées, les écoles ont été fermées et beaucoup ont été pillées. Selon líUNICEF, un enfant sur huit níest pas scolarisé et en mai près des deux tiers des écoles étaient encore fermées.

Plus díélèves grâce aux cantines
A líécole Malimaka, les événements de ces derniers mois sont dans tous les esprits mais aussi sur tous les murs. Bon nombre de maisons des alentours sont en ruines. Pendant des semaines, líécole a servi de quartier général à des miliciens qui ont tout pillé avant de partir. Líécole vient de recevoir des tables et des bancs neufs ; dans chaque classe, une centaine díenfants. "Depuis le démarrage des cantines scolaires du PAM, la fréquentation ne cesse díaugmenter" explique Hugues Nestor Degbago, le directeur de líécole Malimaka.

A Bangui, le PAM distribue désormais des repas à plus de 50.000 enfants chaque jour, dans 44 écoles des quartiers les plus affectés par la crise. Des cantines scolaires fonctionnent également à Kaga Bandoro, Bossangoa, Paoua et Bouar.

 



Commentaire


Retour en haut