Archive

Centrafrique: Des avions des camions pour le transport du matériel électoral

«Les matériels sensibles sont entrain díêtre acheminés les uns après les autres»

 

Les missions de déploiement des matériels lourds des élections sont parvenues à terme. Les matériels sensibles sont entrain díêtre acheminés les uns après les autres. Et les arriérés des indemnités des commissaires locaux et des agents de recensement leurs ont été déjà versés. Cíest le bilan de líavancement actuel du processus électoral présenté le 17 janvier 2011 par Joseph Binguimalé président de la CEI (Commission électorale indépendante) à la presse nationale et internationale au siège de cette institution à Bangui. Joseph Binguimalé a affirmé que toutes les dispositions nécessaires ont été déjà prises par la CEI afin de respecter la tenue des élections en date du 23 janvier. Les missions de déploiements des matériels lourds sont arrivées à terme, les matériels sensibles sont entrain díêtre acheminés, les arriérés díindemnités ont été payés, dit-il. Le président de la CEI a révélé que líinstitution dispose de 3 avions et 40 camions pour líacheminement de ces matériels. Les avions desserviront les régions éloignées comme celles de la Vakaga ou du Haut Mbomou où líaccès par voie terrestre est un peu difficile dès ce 18 janvier, a précisé Joseph Binguimalé.

 


Les urnes du Togo et les bulletins de vote
En ce qui concerne líaffichage des listes électorales à 48 heures du scrutin, question qui provoque inquiétude et scepticisme, Rigobert Vondo, rapporteur général de la CEI, a indiqué que tout citoyen centrafricain en âge de voter et inscrit sur les listes électorales, votera. Ceux qui ont perdu leur carte díélecteur voteront par dérogation ou sur présentation des cartes díidentité authentiques, a-t-il précisé. Pourtant certains faits vérifiés par Radio Ndeke Luka contredisent les assurances données par les responsables de la CEI. Des centres de vote attendent encore de recevoir du matériel électoral. Mardi 17 janvier, la CEI continuait encore de recevoir des dossiers de candidats se présentant pour le recrutement des présidents des bureaux de vote. Tard dans la soirée, du 18 janvier, les sous-préfets des villes de provinces ont été bloqués au palais de líAssemblée nationale, siège de la CEI. Des éléments des Forces Armées centrafricaines (FACA) avaient bloqué les sorties. Ne pouvaient sortir et rentrer chez eux que ceux qui acceptaient de partir avec leur lot de matériel électoral léger. Les sous-préfets, convoqués à cette fin à Bangui, exigeaient que leur transport soit payé. Ce que la CEI a refusé et demandé que les issues soient bloquées.

 



Commentaire


Retour en haut