Archive

A Malabo, l’Afrique parle agriculture

2014, c’est l’année internationale de l’agriculture. L’Union Africaine entend ne pas rester en marge du mouvement et augmente les efforts en faveur de la lutte contre la faim

 

Le 23è sommet de l’UA qui se tient à Malabo, en Guinée Équatoriale s’est donc donné pour thème « L'agriculture et la sécurité alimentaire en Afrique ». En conclave depuis le 20 juin dernier, les ministres des Affaires étrangères ont mené la réflexion notamment sur la valorisation du secteur agricole sur le continent avec un accent particulier mis sur l’industrialisation et la commercialisation des produits agricoles. Des actions qui devraient permettre, d’après les spécialistes, de résorber le chômage en Afrique et de créer une valeur ajoutée pour nos économies.

 


© Malabo News
Dix ans après Maputo, nouvelle impulsion nécessaire
Les chefs d’Etat et de gouvernement qui se réunissent quant à eux à partir de ce mercredi dont dresser bilan de leur politique agricole élaborée il y a dix ans, mais si peu suivie dans les faits. En effet, c'est en 2003, lors du sommet de Maputo, au Mozambique, que les pays africains s'étaient engagés à consacrer au moins 10% de leur budget national au secteur agricole (agriculture, élevage et pêche). Seuls 5 pays ont respecté leur engagement de manière continue : Burkina Faso, Niger, Guinée, Sénégal, Mali et Ghana. Objectif donc de ce sommet, le deuxième qui se tient en Guinée Equatoriale, donner une nouvelle impulsion à ce secteur essentiel de l’économie africaine, qui emploie deux tiers de la population du continent.

Tous ces sujets ont été examinés par les ministres des Affaires étrangères africains lors de la 25è réunion du Conseil exécutif tenue lundi et mardi à Malabo en présence du ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, et de plusieurs cadres du ministère du Développement rural. On notait aussi la présence de la présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamine Zuma, et du représentant du secteur général des Nations unies, le Dr. Carlos Lopez. Au cours de leurs travaux préparatifs, les ministres des Affaires étrangères ont porté la réflexion notamment sur la valorisation du secteur agricole sur le continent. L’accent a été particulièrement mis sur l’industrialisation et la commercialisation de nos produits agricoles qui permettront, d’après les spécialistes, de résorber le chômage en Afrique et de créer une valeur ajoutée pour nos économies. La mécanisation et l’industrialisation de l’agriculture, dira le représentant du secrétaire général des Nations unies, Carlos Lopez, ont permis à la Chine d’amorcer son développement socio-économique depuis quelques années déjà. L’Afrique doit suivre cet exemple. Pour Mme Zuma, présidente de la Commission de l’UA, l’industrialisation de l’agriculture en Afrique figure en bonne place dans l’Agenda 2063. Elle a également invité le Conseil exécutif à aider la commission dans l’atteinte de ces différents objectifs.

L’ouverture du 23è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’U.A est prévue pour ce jeudi 26 juin en présence du président en exercice de l’UA, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, du nouveau président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi.

 



Commentaire


Retour en haut