Archive

Centrafrique: les soldats et gendarmes de l'Eufor sont au complet

L'Union européenne confirme que sa force déployée en République centrafricaine depuis avril dernier a atteint «sa pleine capacité opérationnelle»

 

L'Eufor compte désormais 700 soldats et gendarmes, majoritairement des soldats français de l'opération «Sangaris». Fin mai, la force européenne disposait de 200 hommes en Centrafrique. Le déploiement de l'Eufor-RCA est régi par la résolution 2134 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adopté le 28 janvier dernier. Doté d'un mandat spécifique de 6 mois, la force européenne aura pour principale mission, d'assurer la sécurisation et la protection de l'aéroport international de Bangui-Mpoko. Elle devra également assurer la sécurité dans certains arrondissements de Bangui. Il s'agit notamment, des 3e et 5e arrondissements ou surviennent régulièrement les violences inter-communautaires. Avec pour objectif final, créer les conditions optimales pour le retour des personnes déplacées et réfugiées à leurs domiciles.

 


© defense.gouv.fr
Les forces françaises sont les plus nombreuses
Toutes les promesses ne sont pas tenues
Une centaine de soldats supplémentaires doit être envoyée au cours des prochains jours. Si cette force européenne est «pleinement opérationnelle», tous les Etats contributeurs n'ont pas honoré leurs promesses. À l'origine, treize pays européens ont annoncé leur contribution à l'Eufor-RCA. Le Royaume-Uni, la Suède et le Luxembourg fournissent les capacités de transport aérien stratégique pour l'acheminement des troupes et du matériel. L'Allemagne, elle s'est engagée à envoyer sur place des moyens de transport de troupes, de matériels et sanitaire pour les blessés. Berlin compte aussi mettre à disposition d'autres appareils de transport aérien, de type Antonov. Enfin, près d'une centaine d'officiers d'état-major sera également dépêchés sur place.

En plus de la France et l'Estonie, l'Italie, le Portugal, la Pologne, l'Espagne, la Finlande, la Lettonie et la Géorgie fourniront des troupes. La Turquie avait évoqué l'envoi d'un contingent. Mais cette promesse n'a pas été concrétisée pour l'heure. Quant à la Pologne, elle n'enverra ses gendarmes qu'à la fin du mois de juin courant.

 



Commentaire


Retour en haut