Archive

RCA: malgré la crise, le budget 2014 a été adopté

Le Conseil national de transition (CNT ont évalués les dépenses centrafricaines à près de 221 milliards de francs FCA, à la clôture de la 3e session extraordinaire

 

Les députés de transition ont adopté mardi le budget de líexercice 2014, soit près de 221 milliards de francs FCA de recettes escomptées. Les dépenses sont, quant à elles, estimées à près de 222 milliards. Le budget a été adopté, avec amendements, à la clôture de la 3e session extraordinaire, par 76 députés sur les 88 qui se sont prononcés. Le Conseil national de transition (CNT), le parlement transitoire, a relevé une forte augmentation des dépenses de líEtat. «Líexamen du projet de budget a mis en exergue le rythme effrayant et incontrôlé de líaugmentation de la masse salariale», a relevé le président du parlement de transition, Alexandre-Ferdinand Nguéndet. Selon lui, la masse salariale est estimée à 57 milliards de francs CFA pour 2014 contre 53 milliards pour 2013, «ce qui représente une augmentation díenviron 7%».

 


© gabonview
Le budget a été voté
Il a mis en cause les dernières décisions gouvernementales accordant des avantages à certains hauts responsables. «Cette situation résulte, a-t-il dit, de divers textes récemment pris accordant des avantages à certaines personnalités relevant de la présidence de la République, de líinspection générale de líEtat ainsi que de la primature. A cela, il faut noter la nomination de nombreuses personnalités hors statut à des postes de responsabilités supérieures de líEtat». «Le CNT exprime ses inquiétudes face à ces mesures prises dans un contexte de rareté de ressources internes», a-t-il poursuivi, estimant que «le pays ne vivra en grosse partie que de líaide extérieure».

Le ministre des Finances, Rémy Yakoro, qui défendait le projet de budget, a évoqué les difficultés rencontrées lors de la collecte des recettes. «Compte tenu de la situation désastreuse, líadministration a été désorganisée. Au niveau des régies des recettes, nos services ne couvrent pas toute líétendue du territoire et ce níest pas le personnel habilité à pouvoir collecter les recettes qui le fait», a-t-il expliqué. «Mais avec le retour progressif de la sécurité et les efforts faits sur le corridor Bangui-Douala, je suis convaincu que ces efforts en termes de mobilisation des ressources internes vont síaccentuer et que nous pouvons faire mieux que ce qui est fait jusquíaujourdíhui», a ajouté le ministre.

 



Commentaire


Retour en haut