Archive

Les travaux de la mission díobservation électorale se poursuivent

La mission de líEISA sur le vote du 23 janvier avait produit un rapport en avril 2010

 

Les membres de la délégation viennent de toute líAfrique pour observer le déroulement du vote du premier tour des élections générales en RCA. Ils sont arrivés à Bangui le 17 janvier dernier. Conduite par le Dr Samuel Fonkam Azuíu, Président de líorgane díorganisation des élections au Cameroun (ELECAM), la mission comprend 26 membres issus de la société civile et des commissions électorales. Cette mission rencontrera líensemble des parties prenantes de ces élections: CEI, représentants des parties politiques et organisations de la société civile. La mission se terminera le 28 janvier prochain. EISA a déjà effectué plusieurs missions díobservation au cours de ce processus électoral.

 


© eisa.org.za
A cet effet, en avril 2010, la mission a produit un document dans lequel est a fait des observations et émis des avis quand au scrutin à venir. On peut ainsi lire entre autres que : Plusieurs partis de líopposition níont pas confiance en la CEI comme organisme indépendant et impartial, malgré quíils aient des représentants dans la Commission. La mission recommande que la CEI prenne part activement dans des dialogues avec les partis politiques et tout autres parties prenantes sur les activités et opérations à líavance des élections. Ce dialogue peut inclure des rendez vous réguliers avec les parties prenantes, ainsi que leur fournir des informations visant à apporter des solutions aux problèmes. Ceci améliorera surement la transparence du processus.

Compte tenu des nombreuses réclamations concernant le processus d'enregistrement et étant donné que la plupart des partis politiques d'opposition et organisations de la société civile aient exprimé un manque de confiance dans la révision des listes des électeurs de 2005, la mission est díavis que toutes les mesures appropriées doivent être prises pour établir d'abord la meilleure méthode pour obtenir une liste électorale complète et fiable pour les élections de 2010. Ensuite, des procédures claires doivent être définies à líavance, après consultation des parties prenantes et spécialement les partis politiques pour atteindre cet objectif;

La mission encourage le gouvernement centrafricain et les autres autorités compétentes à síassurer de la sécurité de tous les acteurs politiques, en particulier ceux des partis d'opposition, afin de leur permettre de participer librement au processus électoral. Pour que le processus électoral en soit considéré comme juste et crédible, elle doit être dépourvue de nombreux actes d'intimidation politiquement motivés, de harcèlement ou de violence. Le rapport est disponible ici

 



Commentaire


Retour en haut