Archive

RCA: Samba-Panza, 100 jours plus tard

100 jours après l'élection historique pour le pays de Boganda de Catherine Samba-Panza, la crise centrafricaine n'a toujours pas trouvé le moindre début de résolution.

 

100 jours après l'élection historique pour le pays de Boganda de Catherine Samba-Panza, la crise centrafricaine n'a toujours pas trouvé le moindre début de résolution. Ce, en débit du soutien des puissances occidentales et africaines au peuple centrafricain dépassé par la violence qui atteint son paroxysme. Elle engendre un clivage ethno-religieux dévastateur pour l'unité de la RCA.

Des résolutions ont été votées par l'Organisation des Nations-Unies donnant mandat aux forces internationales de procéder au désarmement sans condition des parties en conflit. Depuis lors, rien ne se fait.
Catherine Samba-Panza, et son gouvernement semblent naviguer à vue, dans l'application de la feuille de route préétablie par le Conseil National de Transition. La tâche est difficile pour celle que l'on surnomme la maman nationale. Elle a hérité que d'un pouvoir dépourvu de toute souveraineté. Ce, dans un pays où l'impunité devient une normalité.


 


© Droits réservés
De janvier à avril 2014, les promesses faites par la présidente ne se sont pas concrétisées sur le terrain. Les Centrafricains déplacés sur différents sites sont obligés d'y rester compte tenu de l'insécurité qui perdure. Les Forces de Défense et de Sécurité, surtout les éléments des Forces Armées Centrafricaines, sont toujours au second poste. Le Km5, demeure une zone rouge pour les civils non-musulmans. Il n'est pas encore libéré pour que la circulation soit totale dans Bangui. Une situation qui a une incidente négative sur l'économie. Centre d'attraction des opérateurs économiques, le Km5 représente le noyau dur de l'économie du pays.

Les 100 jours de Samba-Panza représentent des moments de dures épreuves pour le peuple centrafricain. Les tueries s'accentuent de plus en plus. La refondation de l'administration, véritable épine sous les pieds des membres du gouvernement se fait attendre.

Malgré tout, l'objectif principal visé par la maman nationale demeure l'organisation des prochaines échéances électorales. Elles marqueront la fin de son chemin de croix. Et peut-être le début d'un nouvel élan vers la démocratie.


Commentaire


Retour en haut