Archive

Bangui: Revue de presse du 09 au 16 janvier 2011

La non-disponibilité des listes en ouverture de campagne électorale intrigue la presse nationale

 

Le journal Le démocrate titre Gros risque díun lendemain difficile après les élections Le journal souligne que contre toute attente, tout a été mis en úuvre pour que le peuple centrafricain soit conduit vers des élections dont les résultats ne seront ni démocrates, ni transparents, ni réguliers, ni fiables et ni crédibles. Aujourdíhui à sept jours exactement de ces élections, la non disponibilité des listes électorales et des cartes díélections et les nouvelles alarmantes relatives à la conception et à la mise en úuvre des mécanismes de fraudes massives, de surcharges et tripatouillages des listes électorales, en vue de la mise en circulation des doublons des cartes díélecteurs, ne sont pas de natures à rassurer notre peuple de líissue apaisée de ces élections, a noté le Démocrate.

 


© morgan.jerabek.fr
Le journal líAGOR quand lui affriche en «Une» comme titre Election 2011: Résultats contesté díavance, hypocrisie normée, tout le monde fait avec! Le journal précise quíau cas où il y a contestation des résultats, la Communauté Internationale se chargera Ėt- elle díimposer à líopposition de síabstenir de rejeter ces résultats? Déjà sur les ondes, Patassé a fait savoir que les présentes élections sont entachées de fraudes. Toujours dans le Journal AGORA on peut ainsi lire: Du RDC et MLPC qui disparaîtra au lendemain des élections de 2011? Le journal explique que la loi organique sur les partis politiques exige de tout parti politique pour être compté comme tel, díavoir au moins cinq (5) députés à líAssemblée nationale. Or, pour le parti KNK, il y a deux partis qui sont un vrai cauchemar. Le RDC et le MLPC. Si ces deux ou líun des deux venait à mourir politiquement, cela devrait lui permettre de mieux síépanouir, poursuit le journal qui conclu quíaprès les élections de janvier 2011, les partis politiques sans députés seront priés de plier bagages. Le RDC et le MLPC sont condamnés à avoir au moins cinq députés, síils veulent encore rester dans le paysage politique national.

 



Commentaire


Retour en haut