Archive

Bangui: une semaine de sensibilisation sur la cohésion sociale

La cérémonie de fin s’est déroulée en présence de la ministre de la communication et des membres de la plateforme religieuse

 

L’activité qui s’est tenue dans la capitale centrafricaine du 9 au 17 avril était une initiative financée par l’ONG Catholic Relief Services (CRS). Piloté par Jean Baptiste Talla, conseiller technique pour l’éducation de la paix auprès du bureau du CRS pour l’Afrique Centrale, cet atelier avait pour but de faire des leaders religieux des acteurs de cohésion sociale et du retour de la paix en Centrafrique. S’exprimant au nom de la plateforme religieuse, le président du conseil islamique, Imam Oumar Koubine Layama, a affirmé que «la RCA vient d’expérimenter une violence intercommunautaire sans précédent. (…) Cet atelier vient à point nommé car à travers les enseignements que nous avons reçus au cours dudit atelier, nous avons compris que pour qu’un Etat soit stable et paisible, il faut une bonne cohésion sociale, culturelle, politique et économique» a-t-il fait signifier.

 


© Laurent Van Der Stockt pour «Le Monde»
L’Imam Kobine Layama, président du conseil islamique et de la plateforme réligieuse
Selon lui, «il faut unir les efforts afin de désarmer les cœurs de tous les citoyens remplis de vengeance et de haine». L’Imam Kobine Layama, souhaite par ailleurs que tous les participants à cet atelier puissent se joignent aux membres de la plateforme religieuse pour réconcilier tous les Centrafricains. Avant de présenter les résultats de cet atelier, Jean Baptiste Talla a choisi de témoigner «qu’un vivre ensemble» ici est possible. Car tous les participants avaient au fond d’eux un désir de construire la paix. D’après le facilitateur, «les leaders religieux ont tous pu comprendre que le conflit est certes un danger mais il peut aussi être une opportunité si jamais nous nous tournons et dialoguons pour voir qu’est-ce que nous avons à faire ensemble.»

La République Centrafricaine est, selon Jean Baptiste Talla, à l’étape 4 caractérisée par des braises ardentes. Et si rien n’est fait et qu’un mauvais vent souffle, cela peut raviver la flamme et tout peut encore s’embraser. «Mais si par contre à cette étape nous arrivons à éteindre le feu, nous allons avoir de la cendre et celle-ci peut servir à fertiliser le sol et à faire renaitre les relations.», a-t-il projeté. Les leaders religieux qui ont participé à cet atelier d’une semaine se sont engagés à favoriser le vivre ensemble en RCA par des actions communes dans tout le pays. Ils ont aussi appelé le gouvernement à soutenir leurs actions, à sécuriser tout le pays et de faciliter la reconstruction de tous les lieux de cultes détruits.

 



Commentaire


Retour en haut