Archive

Paix : le pape aux côté des religieux

Le souverain pontife a rencontré au Vatican les leaders catholiques, protestants et musulmans de Centrafrique et leur a promis son soutien

 

«Restez unis, aux côtés de votre peuple». Cíest la recommandation que le pape François a prodiguée mercredi aux membres de la Plateforme des religions pour la paix en Centrafrique, actuellement en tournée mondiale pour solliciter líaide de la communauté internationale. Le pape les a rencontrés en deux temps : díabord au cours de líaudience générale de mercredi, place Saint-Pierre, au cours de laquelle il les a salués avec effusion malgré la présence de milliers díautres fidèles venus du monde entier. Ensuite, il les a reçus tous les trois lors d'une audience particulièrement émouvante.

 


© Droits réservés
Le Pape François
Il faut savoir que Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque catholique de Bangui, le pasteur Nicolas Grékoyamé-Gbangou de líÉglise évangélique et líImam de Bangui, Oumar Kobiné, ont entamé une tournée mondiale pour la paix dans leur pays. Depuis un an et le coup díÉtat contre le général François Bozizé, la venue au pouvoir des milices musulmanes Séléka a accentué les clivages. Les conflits tournent visiblement aujourdíhui à líaffrontement sur des bases ethniques et religieuses dans un pays qui avait toujours vécu dans la quiétude de toutes ses composantes, chrétiennes et musulmanes.

Les trois personnalités, de trois religions différentes, entendent souligner que la paix entre tous est possible. Et le chef de líÉglise catholique les encourage visiblement dans cette voie. «Restez aux côtés de votre peuple ; úuvrez pour la fin des divisions», leur a dit le pape François. En signe spectaculaire de soutien, le chef de líÉglise catholique a promis de mettre la République cxentrafricaine au centre de ses entretiens avec le président américain Barak Obama, en visite au Vatican ce jeudi. Le Vatican síalarme de voir la crise au cúur de líAfrique prendre pratiquement les religions en otage, les miliciens anti-balaka continuant díaffirmer quíils assurent la défense des chrétiens contre les exactions des Séléka.

Les responsables des communautés chrétiennes, protestants et catholiques, ont pourtant multiplié les appels au calme ces derniers mois. LíÉglise catholique a même publié une déclaration dans laquelle elle affirme quíaucun catholique ne saurait se prévaloir de son appartenance religieuse pour justifier son ralliement aux anti-balaka ni justifier leurs agissements. Mais le feu semble avoir pris. Malgré la présence de la force africaine sur place, la Misca, et celle de líopération française Sangaris, Bangui se réveille chaque matin en comptant les morts dans chaque camp.

La délégation des religieux est allée plaider la cause de la paix aux Nations unies, où elle a demandé au secrétaire général Ban Ki-moon de mobiliser encore plus de Casques bleus pour la République centrafricaine. Au Vatican, les religieux ont aussi rencontré le Premier ministre du pape, le cardinal Pietro Parolin, qui leur a exprimé les encouragements de la diplomatie vaticane pour leur démarche. Bouteille à la mer ou coup díépée dans líeau ? La situation en Centrafrique semble chaque jour échapper au schéma classique díune simple crise dictée par la pauvreté.

 



Commentaire


Retour en haut