Archive

Centrafrique: pour une mission capable de ramener et d'assurer la paix

L'Experte indépendante de l'ONU appelle à une action plus robuste de la communauté internationale en RCA

 

Marie-Thérèse Keita Bocoum, l'Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en République Centrafricaine vient de boucler sa première mission de 10 Jours. Une visite au cours de laquelle elle a pu rencontrer la Cheffe d'Etat de la Transition, Mme Catherine Samba-Panza, et qui lui a permis d'entreprendre une évaluation de la situation sur le terrain. Elle lui a surtout donné l'opportunité de s'imprégner des réalités politiques, sécuritaires, sociales et culturelles qui ont pu exposer et continuent d'exposer les populations à la violence, a des violations de leurs droits fondamentaux et aux déplacements forcés. "La justice qui ne fonctionne qu'à Bangui opère au ralenti et ne saurait tenir ses audiences pour juger des anti-Balaka sans en être empêchée par les partisans de ce groupe armé", a affirmé l'Experte indépendante.

 


© flickr.com/photos/information_binuca
Mme Marie-Thérèse Keita Bocoum
Sur la situation des droits de l'homme en République Centrafricaine, Marie-Thérèse Keita Bocoum, a appelé lundi, 17 mars à une action plus robuste de la communauté internationale en République Centrafricaine. "La population centrafricaine est la seule et unique victime des violences commises par des groupes armés, milices armés et des bandits", a indiqué l'experte indépendante. "L'impunité semble s'établir comme la règle et la lutte contre l'impunité l'exception en RCA où la plupart des infrastructures du système judiciaire sont détruites. Le pays a un manque criard d'infrastructures judiciaires et de magistrats tant à Bangui qu'à l'intérieur du pays pour juger les affaires et contribuer ainsi à la lutte contre l'impunité", a-t-elle déclaré. "J'en appelle donc à la communauté internationale de mettre tout en úuvre pour le déploiement d'une mission de paix capable de ramener et d'assurer la paix sur toute l'étendue du territoire national", a ajouté Mme Keita Bocoum.

 



Commentaire


Retour en haut