Archive

Bangui: les travaux de la révision constitutionnelle sont lancés

Líexpertise de la communauté internationale et de celle des toutes les couches sociales centrafricaines seront sollicitées

 

Les travaux de la rédaction de líavant-projet de loi portant constitution de la république centrafricaine ont été lancés par le Président du Conseil National de Transition Alexandre Ferdinand Nguendet. Lequel a exhorté les conseillers nationaux sur la délicatesse de la tâche qui les attend. «Líultime étape de la mission du CNT est la rédaction de líavant-projet de la constitution quíest le dernier chantier politique de la transition» Pour lui, pendant cette période de la session ordinaire, les conseillers nationaux, surtout ceux membres de la commission loi vont se pencher sur la rédaction de ce document fondamental qui va définir le cadre juridique de líorganisation de líEtat centrafricain après les élections générales.

 


© afp
Image d'illustration
A líen croire líexpertise de la communauté internationale et de celle des toutes les couches sociales centrafricaines seront sollicitées. «La rédaction de la constitution sera réalisée par les conseillers nationaux en relation avec certains partenaires de la RCA comme líOIF et líUnion Européenne que je saisirai officiellement dans les jours à venir» a dit M Nguendet. Il nía pas manqué de faire líéloge de la défunte constitution soulignant quíelle était, selon lui, líune des meilleures quía connue le pays puis que les règles de líorganisation du pays y était clairement définies, les libertés et les droits fondamentaux des citoyens y étaient garanties de même que les pouvoirs traditionnels de líétat étaient bien répartis entre líexécutif, judiciaire et parlementaire.

La grande difficulté relevée concernait líapplication de cette constitution dont les dispositions étaient fréquemment violées » a-t-il déploré. Ce qui a implicitement conduit à la rédaction de cette nouvelle loi. «Notre vúu à líavenir est que nous ayons une loi fondamentale adaptée aux aspirations du peuple centrafricain et quíelle soit strictement respectée et appliquée le tout dans un rapport harmonieux des institutions de líétat» a-t-il souhaité avant de compter sur líintelligence et líexpertise des conseillers nationaux pour parvenir à cela. Rappelons que la loi fondamentale de 2004 a été suspendue après le putsch du 24 mars 2013.

 



Commentaire


Retour en haut