Archive

Paris: déclarations du porte-parole du Quai d'Orsay sur la Centrafrique

L’archevêque et l’imam de Bangui ont rencontré les ministres Le Drian et Canfin, avant de s’entretenir mercredi, 12 mars dans l’après-midi avec Fabius

 

Était-il question d’une crainte d’une nouvelle escalade de violence entre les milices anti-Balaka-Seleka, ainsi que l’appel d’une poignée de jeunes musulmans de Bangui à Boko Haram et Al-Qaida pour sauver les musulmans en Centrafrique?
Au cours de leurs entretiens avec l’archevêque et l’imam de Bangui, MM. Laurent Fabius et Pascal Canfin ont évoqué les évolutions récentes sur le terrain, la situation humanitaire ainsi que la perspective de la mise en place d’une opération de maintien de la paix des Nations unies.

 


© diplomatie.gov
Pascal Canfin avec l’imam et l’archevêque de Bangui à Paris
Le ministre des Affaires étrangères et le ministre chargé du développement ont notamment exprimé leur soutien à l’action irremplaçable des autorités religieuses centrafricaines en faveur du dialogue, de la tolérance et de la réconciliation. Ils ont encouragé Mgr Nzapalaïnga et l’imam Kobine à poursuivre leurs efforts, conjointement avec le pasteur Nicolas Guérékoyamé-Gbangou.

Le déploiement de l’Opération du maintien de la paix en Centrafrique est-il prévu tout de suite après le vote de la résolution fin mars-début avril? Faut-il attendre le 15 septembre pour que toutes forces passent sous béret bleu? Quel sera alors le statut des forces françaises?
Le secrétaire général des Nations unies a recommandé dans son rapport du 3 mars le déploiement d’une opération de maintien de la paix. Il permettra d’apporter une réponse intégrée et durable, renforçant à la fois le volet sécuritaire (militaire et policier) et le volet civil de la mobilisation internationale.

Sur la base des recommandations du secrétaire général des Nations unies et à la suite des consultations du conseil de sécurité qui se sont tenues le 6 mars, la France va proposer un projet de résolution en ce sens. Il sera discuté avec nos partenaires du conseil de sécurité dans les prochaines semaines. Il visera un passage sous casque bleu des militaires et des policiers de la MISCA au 15 septembre, conformément aux délais dont les Nations unies ont besoin. La France saisit cette occasion pour saluer le travail effectué par les troupes de la MISCA en faveur de la stabilisation en République centrafricaine.

Cette rencontre a été l’occasion d’évoquer la situation humanitaire en République centrafricaine, l’enjeu du respect des droits de l’Homme ainsi que la contribution des différents responsables religieux au processus de sortie de crise. Le déploiement d’une opération de maintien de la paix en République centrafricaine, que les dignitaires religieux avaient récemment appelé de leurs vœux, a également été abordé au cours de cet entretien.

 



Commentaire


Retour en haut