Archive

Bangui: 1ère sortie à Bangui du groupe Ouango Rap City de Cédric Azouka

La manifestation culturelle a enregistré la prestation des rappeurs du groupe MC Fonctionnaire et du Collectif des Rappeurs SOS pour la paix

 

Le groupe musical Ouango Rap City de Cédric Azouka, a fait sa première sortie officielle il y a quelques jours au quartier Ouango dans le 7è arrondissement de Bangui au cours díun grand concert live en face du marché central de Ouango. Cette manifestation culturelle a enregistré la prestation des rappeurs du groupe MC Fonctionnaire et du Collectif des Rappeurs SOS pour la paix, plus connus dans la langue nationale sango sous le nom de «Gonda ti Siriri». A líoccasion, Ouango Rap City a présenté aux mélomanes venus nombreux un des trois titres de son premier album intitulé «nos hommes politiques».

 


© facebook
Image d'illustration
Dans ce premier album, le groupe a désigné les leaders politiques centrafricains comme étant les véritables responsables des crises récurrentes qui ont secoué le pays. «Ils sont nuls pour des leaders car ils ne font que détruire tout ce quíon a construit. Au lieu de soigner, instruire, loger, vêtir et nourrir ils ne font que tuer», se désolent les rappeurs. «La musique rap est un outil de communication de masse que nous utilisons, compte tenu du contexte actuel de la République centrafricaine, pour faire passer des messages de changement de comportement et de mentalité», a dit Cédric Azouka, le promoteur de ce concert live.

Pour le directeur artistique du groupe Gonda ti Siriri, M. Bienvenu Toguéra, le rétablissement de la paix et de la sécurité auxquels les Centrafricains aspirent tous devrait nous mobiliser tous nous les artistes musiciens particulièrement. «Notre art cíest ce qui peut valoriser notre culture et exprimer ce que nous ressentons dans nos cúurs. Levons nous tous avec notre art pour accompagner le processus de paix», a-t-il dit. Le Groupe Ouango Rap City a enregistré son premier album dénommé Nouvelle Génération comportant trois titres : Lève Ėtoi jeunesse (alafo masseka); nos hommes politiques et On ne baisse pas les bras.

 



Commentaire


Retour en haut