Archive

La Croix rouge ramasse des corps en décomposition à la mosquée Ali Babo

Les six corps en état de décomposition avancée datant de près de 20 jours, ont finalement été ramassés et enterrés ce lundi, 10 mars 2014

 

Les corps des six musulmans, tués par des hommes armés apparentés aux milices Anti-Balaka à la fin février à Bangui, ont finalement été enlevés et enterré ce matin par la CRCA. L’Imam de la mosquée Ali Babolo, Awad Mahamat, a fait savoir que ces dépouilles commençaient à dégager une odeur qui exposaient aux risques de maladie les déplacés de ladite mosquée. «Nous avons fait appel à la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA), pour qu’elle vienne prendre ces corps, car les conditions de vie des déplacés commençaient à être menacé. Nous ne pouvions pas les enterrer, car l’accès au cimetière des musulmans est bloqué par des Anti-Balaka. Nous ne pouvions pas nous rendre là-bas, de peur d’être tués par ces hommes qui font la chasse aux musulmans», a expliqué l’Imam.

 


© RJDH-RCA
Des cadavres suite aux violences à Bangui
Joint par le RJDH, Marus Diop Mbaye, de la CRCA relève qu’au départ, sa structure n’a pas mandat d’inhumer les cadavres. Par contre, elle a pour mission de secourir des personnes victimes et de soigner des blessés. «Nous, à la Croix-Rouge Centrafricaine, nous avons pour mission de secourir les victimes et non d’enterrer des corps. Si aujourd’hui la CRCA intervient pour inhumer des corps, c’est pour éviter des cas de contamination. Car en laissant des corps trainer, il y a un grand danger pour la santé de la population», a-t-il précisé. Par ailleurs, celui-ci déplore le comportement de certains musulmans qui s’opposent parfois à l’enlèvement des corps. «Il faut également sensibiliser nos frères musulmans à laisser les corps à la morgue. Car ils ne disposent pas des moyens pour garder les cadavres. Et actuellement, l’accès dans leur secteur est difficile, vu qu’ils ne veulent pas voir aussi des chrétiens dans leurs zones», a-t-il dit.

 



Commentaire


Retour en haut