Archive

Bangui: le Président du CNT veut líapplication la feuille de route de la transition

A líouverture de la 1ère session ordinaire de líannée 2014, Alexandre-Ferdinand Nguendet a invité le gouvernement à se mettre au travail en vue díatteindre les actions prioritaires du moment

 

Cette session ordinaire a permis au Président du CNT de donner les grandes orientations des actions parlementaires de líannée en cours qui consistent entre autres de contrôler les activités du gouvernement. Parmi ses actions prioritaires, le CNT a demandé au gouvernement de procéder urgemment au déploiement des forces de police et de gendarmerie afin díintervenir efficacement en appui aux opérations de sécurité intérieure engagées par les forces internationales. Mais aussi de líimplication des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans le processus de sécurisation et de pacification du pays.

 


© autre médias
Le CNT veut contrôler le GUNT
Au sujet de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, le Président Alexandre-Ferdinand Nguendet a exhorté le Gouvernement à poser des actes concrets afin de créer les conditions du pardon et de la réconciliation nationale, mais sans impunité. Pour ce qui est de la relance économique et la reconstruction post-crise, il a fait savoir au gouvernement que les stratégies et les moyens à mettre en úuvre pour atteindre ses objectifs sont déjà définis dans sa feuille de route et il ne lui reste quíà les appliquer. Sur la préparation des élections, il a invité le gouvernement à fournir à líAutorité Nationale des Elections (ANE) les moyens de son travail.

Le Président Alexandre-Ferdinand Nguendet a suggéré au gouvernement de síemployer à la recherche ses moyens propres afin díaccompagner les multiples actions de la communauté internationale. En outre, il a décrié haut et fort que la partition de la République Centrafricaine níest pas négociable et par conséquent, tous les centrafricains devraient se battre pour sauvegarder le caractère un et indivisible de la République, líindépendance et la souveraineté nationale, et la sauvegarde de líintégrité du territoire national.

Enfin, il a convié les ex-séléka et les anti-balaka à síasseoir ensemble autour díune table pour discuter de la question de la réconciliation nationale ainsi que de leur implication dans le processus du développement et de la sécurité. Il a rappelé le bilan de la législature de líannée dernière quíil considère de positif dans la mesure où le CNT avait eu à adopter plusieurs textes dont la Charte Constitutionnelle de Transition, le Code Electoral, la loi organique instituant la Cour Constitutionnelle de Transition et la loi organique instituant le Haut-Conseil de la Communication.

 



Commentaire


Retour en haut