Archive

Forum des femmes: Mme Catherine Samba Panza plaide pour un soutien massif

La présidente centrafricaine est la seule femme présidente de la République de líespace francophone

 

La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza a averti lundi à Kinshasa que la stabilisation de son pays ne pourrait se faire dans les délais prévus sans un soutien massif de la communauté internationale. Jíhérite díun pays au bord du gouffre avec une insécurité généralisée, líabsence de líautorité de líEtat sur líensemble du territoire national, une catastrophe humanitaire sans précédent, a déclaré Mme Samba-Panza lors díun discours à líouverture du deuxième Forum mondial des femmes francophones, qui se tient lundi et mardi dans la capitale congolaise. Avec la détermination que jíai face à ce défi, nous arriverons au bout de la transition que nous nous sommes fixés, cependant sans un soutien massif et un accompagnement de la communauté internationale (...) líobjectif de la stabilisation du pays et du retour à un ordre constitutionnel dans les délais requis ne pourra être atteint, a-t-elle ajouté.

 


© journaldebangui.com
Entrée en fonction en janvier 2014, Mme Samba-Panza a pour mission de ramener líordre dans son pays meurtri par plus díun an de guerre civile et díaffrontements intercommunautaires afin díy organiser des élections au plus tard au premier semestre 2015. Evoquant modestement son accession à la tête de la Centrafrique, Mme Samba-Panza, seule femme présidente de la République de líespace francophone, a estimé que celle-ci était líaboutissement de [son] engagement constant en faveur de líégalité entre les hommes et les femmes. Seule la femme peut apporter la paix, la cohésion nationale et réunir ceux que la politique a séparés, a-t-elle ajouté, dans un tonnerre díapplaudissements.

Lancé à Paris en mars 2013, le Forum mondial des femmes francophones tient sa deuxième édition à Kinshasa autour du thème : Les femmes actrices du développement. Plusieurs centaines de femmes venues des tous les pays de la Francophonie y participent. Les débats doivent déboucher sur des recommandations devant être présentées au prochain sommet de la Francophonie prévu pour novembre à Dakar. Les discussions de Kinshasa doivent notamment servir à affirmer et défendre le droit à la scolarisation des filles.

 



Commentaire


Retour en haut