Archive

Le Tchad arrête le rapatriement de ses ressortissants de la Centrafrique

La déclaration a été faite par le premier ministre, Kalzeubé Payimi Deubet qui déplore líattaque díun convoi le 19 février au à la sortie de líaéroport de Bangui

 

«[i Aujourd'hui, je puis dire que 99% de nos ressortissants à Bangui [capitale de la République Centrafricaine, NDLR] qui le souhaitaient sont rapatriés]», a indiqué M. Kalzeubé Payimi Deubet, le premier ministre tchadien. «Au demeurant, cette lourde opération de rapatriement ordonnée et menée sans désemparer, a permis le sauvetage de nombreux ressortissants tchadiens et étrangers en péril», a-t-il ajouté. Le Tchad clos ainsi, le rapatriement des milliers de ses ressortissants en proie à des actes de violence et de cruauté en Centrafrique.

 


© Xinhua
Mme Catherine Samba-Panza, Chef d'Etat de la Transition de Centrafrique lors de son récent séjour au Tchad!
Le chef du gouvernement tchadien a, par ailleurs, déploré l'attaque d'un convoi mardi à 50 km de Bangui, puis d'un autre, mercredi à un kilomètre de l'aéroport de Bangui, «[i contraignant l'unité en charge de la sécurité du convoi à réagir pour ouvrir le passage». «Ces attaques répétées de convois de véhicules ayant à bord des personnes sans défense, affectée par la barbarie de ceux-là qu'ils considéraient comme des frères, ne sauraient se justifier», a prévenu M. Kalzeubé Payimi Deubet.

Depuis fin décembre 2013, le gouvernement tchadien, avec l'appui de ses partenaires humanitaires, a rapatrié plus de 60.000 de ses ressortissants et d'autres nationalités, par des rotations d'avions et par des convois de véhicules militaires. «La fin des opérations de rapatriements organisés que nous annonçons, n'exonère pas cependant le gouvernement de ses obligations vis-à-vis de nos compatriotes où qu'ils se trouvent en territoire centrafricain. Le gouvernement continuera à assurer son devoir et ses responsabilités chaque fois que de besoin, partout où la détresse de nos ressortissants est signalée», a conclu le Premier ministre tchadien.

 



Commentaire


Retour en haut