Archive

Bangui: la maison d’arrêt de Ngaragba réhabilitée, 25 antis balaka déjà transférés

Ces arrestations font suite à une opération de désarmement menée par les éléments français de l’opération Sangaris et de la MISCA

 

Au total 25 milices anti-balaka ont été arrêtées la semaine dernière et transférés à la maison carcérale de Ngaragba, a annoncé le procureur de la République Ghislain Gréséngué. Ces arrestations font suite à une opération de désarmement menée par les éléments français de l’opération Sangaris et de la MISCA dans le quatrième arrondissement de Bangui. Dans un entretien, le procureur de la République Ghislain Gréséngué a énuméré les raisons de l’arrestation et du transfert de ces miliciens à la maison d’arrêt de Ngaragba. «D’abord ces antis balaka ont été surpris avec des armes et des minutions de guerre. Dans cette condition il fallait que la justice y intervienne», a-t-il fait savoir avant d’annoncer un éventuel transfert de 45 autres antis balaka hier mardi 18 février 2014.

 


© binuca.unmissions.org
Dans le cadre de la lutte contre l’impunité, la Présidente de la transition, Mme Catherine Samba-Panza, visite la prison centrale de Ngaragba en réhabilitation
«La procédure du transfert à la maison carcérale est bien régulière. Car ils vont être présentés devant la justice. Et comme nos services de police judicaire ne fonctionnent pas bien actuellement et les maisons d’incarcérations ont été cassées. C’est pour cette raison qu’ils sont gardés à la maison d’arrêt de Nguaragba», a expliqué Ghislain Gréséngué. En poursuivant, le procureur a fait savoir que dans ces cas, la loi donne huit jours de garde à vu, pour que leur procédure soit bouclée et que la justice apprécie leur cas. Car la MISCA qui les a interpelés n’a pas vocation à garder les gens dans son camp.

S’agissant de leur condition de détention, Ghislain Guréségué a précisé que, toutes les conditions sont réunies et que même les structures internationales des droits humains ont apprécié leur condition de vie. «La prison de Nguaragba a été réhabilitée et inaugurée avant leur arrivée et nous étions allés avec les gens de la fédération internationale des droits de l’homme et ceux de l’Amnesty internationale, qui ont même apprécié la condition des détentions des prisonniers», a-t-il certifié. Après avoir été saccagée les 24 mars et le 5 décembre dernier, respectivement par des éléments de l’ex-Séléka et les milices antis balaka, la maison carcérale de Ngaragba a été réhabilitée et inaugurée le samedi 15 février, avec l’incarcération de ces 25 antis balaka.

 



Commentaire


Retour en haut