Archive

RCA: Mme Samba-Panza en visite au Tchad

La présidente de la transition centrafricaine a rencontré son homologue tchadien Idriss Deby hier 17 février afin de parler de la situation sécuritaire dans son pays

 

Il est important que je vienne me ressourcer auprès de mon frère Idriss Deby Itno qui est dans la gestion des affaires de líEtat depuis plusieurs années et qui connait bien les problèmes de la République centrafricaine pour síy être impliqué personnellement. Nous avons évoqué, les divers aspects des points de préoccupations qui concernent la situation de la République centrafricaine actuellement, síest exprimé Catherine Samba-Panza au terme de sa rencontre avec le président tchadien. Bien entendu la situation sécuritaire qui prévaut actuellement en Centrafrique a été le point primordial de cette visite de 24 heures de la présidente de la transition. Celle-ci a reconnu líincapacité de son gouvernement à assurer la sécurité des musulmans centrafricains et tchadiens qui ont été obligé de fuir le pays. Beaucoup de Tchadiens vivant en République centrafricaine y sont depuis plusieurs générations, depuis plusieurs mois. Le fait de les voir quitter notre pays nous déchire le cúur. Mais pour pouvoir les retenir, il faut que nous soyons à mesure díassurer leur sécurité. Malheureusement nous ne pouvions pas assurer leur sécurité, a déclaré la dirigeante centrafricaine. Catherine Samba-Panza, promet cependant que le jour où cette sécurité reviendrait, il míappartiendrait moi-même et tout le peuple centrafricain díaller vers ces frères et leur demander de revenir à nouveau dans leur patrie qui est la République centrafricaine.

 


© presidencetchad.org
Samba-Panza en visite au Tchad
Idriss Deby préoccupé par la situation en Centrafrique a déclaré nous, en tant que pays voisin, membre de la sous-région, de la CEMAC et de la CEEAC, notre devoir cíest díaider la République centrafricaine quel que soit ce qui est arrivé, à surmonter les difficultés ; nous devons aider nos frères centrafricains afin que leur pays ne soit pas divisé et à faire de telle sorte que la transition en RCA soit une transition réussie qui débouchera sur des élections. Il a cependant rappelé que les troubles dans ce pays ne datent pas díhier. En effet, la question de la RCA ne date pas díaujourdíhui mais depuis 1997 sous le règne de feu Président Ange Félix Patassé. Cíest depuis 1997 y compris bien avant le règne de Bozizé jusquíà Djotodia que nous avions trouvé une situation délicate. Un héritage lourd, difficile pour ma súur, la Présidente. Aujourdíhui, vous avez líensemble des éléments des ex-séléka qui ont regagné le Nord de la RCA ; il faudrait prendre contact avec ces gens afin quíils regagnent la mère patrie car personne ne pourra accepter, la division de la République centrafricaine. Il ne síagit non plus pour eux díaller combattre avec les armes, a ajouté Idriss Deby. Pour lui, les forces de la MISCA et les forces Sangaris à elles seules, ne peuvent pas remplir leur mission. Il leur faut plus des hommes, plus des moyens. Ce que seul líONU peut leur apporté actuellement.

 



Commentaire


Retour en haut