Archive

Centrafrique: la France enverra 400 soldats de plus

Cet effort portera à 2000 hommes le dispositif militaire français en terre centrafricaine

 

La France a décidé vendredi 14 février d'envoyer 400 hommes supplémentaires en Centrafrique dans le cadre de son opération de maintien de la paix, Sangaris. La force française sur place compte actuellement 1.600 hommes et ce renfort comprend le déploiement anticipé de forces de combat et de gendarmes français qui participeront à líopération de líUnion européenne à venir. Cette décision a été prise au cours d'un conseil de Défense restreint présidé vendredi 14 février par François Hollande et fait écho à l'appel que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, avait lancé à la France pour qu'elle envoie plus d'hommes. François Hollande avait en retour exhorté Ban Ki-Moon a accéléré la mise ne place d'une mission des Nations unies pour assister l'opération française Sangaris.

 


© AFP
Le commandant de l'opération Sangaris de l'armée française en Centrafrique, le général Francisco Soriano, le 12 février 2014 à Mbaiki, en Centrafrique
La situation en Centrafrique síest récemment aggravée entre les ex-miliciens de la Séléka et les groupes armés chrétiens «anti-balakas», «ennemis de la paix», dégénérant en conflit confessionnel. Certains commentateurs internationaux parlent déjà díune « épuration ethnique » et les troupes sur place éprouvent des difficultés à contenir la violence. Les enfants sont les premières victimes sur place comme en témoigne le communiqué de líUnicef qui síest dit « horrifié » par le traitement quíils subissent. LíUnion européenne a déjà décidé díenvoyer 500 hommes pour créer une zone de sécurité autour de la ville de Bangui, capitale du pays, et la force de líUnion africaine compte, elle, un peu plus de 5.000 hommes.

LíUnion européenne plus mobilisée que prévu
Le contingent militaire de líUnion européenne devrait se déployer à partir du mois de mars et compter plus díhommes que les 500 prévus initialement. Les mêmes sources diplomatiques ont évoqué une contribution «substantielle» qui pourrait monter jusquíà 900 hommes díaprès les premiers décomptes. En plus de la France, cinq Etats-membres se sont prononcé pour líenvoi díhommes, dont la Pologne qui devrait mobiliser à elle-seule 140 hommes. LíAllemagne, la Grande-Bretagne et líItalie níont pour líinstant pas communiqué sur une participation militaire à líopération. LíUnion européenne examinera les contributions lors díune réunion à Bruxelles le 27 février, díautres pays pouvant décider de síy joindre díici là.

En plus des hommes, la mission est à la recherche díautres ressources, du matériel et du personnel médical ainsi que des drones pour assister les soldats. Une autre structure, la Force européenne de Gendarmerie, pourrait être mobilisée en Centrafrique. Composée de gendarmes français, italiens, néerlandais, espagnols, roumains et portugais, elle a déjà été envoyée par le passé en Haïti et en Bosnie. A noter que la Georgie qui níest pas membre de líUE a proposé de se joindre à líopération européenne en envoyant une force de cent hommes.

 



Commentaire


Retour en haut