Archive

Centrafrique: la milice anti-balaka menace le pouvoir

Le chef d'état-major autoproclamé des miliciens centrafricains anti-balaka, Richard Bejouane, a mis en garde contre toute offensive les visant

 

Selon lui, une telle action risquerait de déclarer la guerre à la population centrafricaine au lendemain des menaces de la présidente Catherine Sanba Panza. Déclarer la guerre aux anti-balaka, c'est déclarer la guerre à la population centrafricaine, a affirmé, Richard Bejouane chef d'état-major présumé des miliciens anti-balaka accusés par les autorités centrafricaines et les forces françaises díêtres à la base de la violence à Bangui et notamment envers les musulmans.

 


© flickr.com/photos
La présidente de la transition Catherine Samba Panza, menacée!
Mercredi 12 février 2014, la présidente de la transition Catherine Samba Panza a menacé díaller en guerre contre les anti-balaka qu'elle a accusé díavoir perdu le sens de leur mission. Les propos de la présidente Centrafricaine viennent en écho à ceux du ministre français de la défense Jean Yves le Drain en visite dans le pays qui a autorisé les soldats de Sangaris à utiliser la force si nécessaire. Des réactions qui interviennent suite aux propos virulents du général de Sangaris, Francisco Soriano qui a formellement accusé les milices anti-balaka díêtre "les principaux ennemis de la paix", à la base de la violence dans le pays et díattaquer les forces Françaises.

Les milices antibalaka qui ont réitéré leur désir díêtre cantonnés et désarmés, tout comme l'ont été les ex-rebelles de la Séléka. Mais les forces internationales en Centrafrique ont exclu d'intégrer les anti-balaka au processus de DDR (Désarmement, démobilisation, réinsertion) prévu pour les Séléka. Les anti-balaka qui au départ, síétaient formés pour lutter contre les exactions des séléka qui avaient pris le pouvoir en 2013, sont rapidement devenues incontrôlables multipliant lynchages et pillages envers les musulmans.Les milices anti-balaka qui rejettent les accusations de violences qui leur sont imputées affirmant être des combattants pour la paix.

 



Commentaire


Retour en haut