Archive

Bangui: l’insécurité bloque les enquêtes contre les auteurs de crime

Le Procureur de la république Ghislain Grésenguet a cependant rassuré que les auteurs des crimes commis en Centrafrique seront poursuivis par la loi

 

Les auteurs des crimes commis en Centrafrique seront poursuivis par la loi. Le Procureur de la république Ghislain Grésenguet, chargé de cette affaire l’a confirmé, ce mercredi 12 février, dans un entretien. Cependant, la situation sécuritaire du pays ne permet pas aux Officiers de police judiciaires (OPJ) de faire des descentes sur le terrain afin d’apporter les preuves, a-t-il fait observer. «Depuis la prise de pouvoir par les éléments de l’ex-Séléka jusqu’aujourd’hui, des crimes graves contre l’humanité ont été commis par des milices, des civiles, et voir même par des militaire réguliers qui ont pour mission de protéger la population. Et la justice fera de son mieux, pour que chaque auteur de ces crimes puisse répondre de son acte, conformément aux résolutions 2127 et 2134, des Nations Unies» a confirmé le Procureur de la République.

 


© journaldebangui.com
Toute fois certaines difficultés entravent la bonne marche de l’enquête. «La justice est un travail à la chaine. Pour que les magistrats fassent bien leur travail, ils ont besoin des Officiers de la police judiciaire, qui ont pour mission d’aller sur le terrain pour enquêter. Mais vu la situation sécuritaire actuelle du pays, ces derniers n’ont aucune protection pour mener à bien ce travail», a-t-il relevé. Ghislain Grésenguet a mis l’accent particulier sur le lynchage d’un ex-élément de la Séléka par des FACA la semaine dernière après leur rencontre avec la nouvelle présidente de la transition centrafricaine. «Une enquête est déjà ouverte depuis la semaine dernière, concernant le crime crapuleux qui a été commis par les FACA et que les images ont fait l’objet de la Une des journaux du monde. Mais aussi pour chaque crimes commis sur le territoire depuis le début de cette crise», a-t-il déclaré.

En poursuivant, notre interlocuteur a rassuré que même les auteurs de crime qui ont quitté le pays seront poursuivis, une fois qu’ils seront identifiés et que les preuves seront rassemblées. «Pour les auteurs des crimes graves qui ont quitté le pays ou les étrangers qui ont regagné leur pays d’origine, la Cour pénale international (CPI) sera saisie de l’affaire et un mandat d’arrêt international sera lancé contre eux», a précisé le Procureur de la République. En concluant ses propos la source a mentionné que les procédures peuvent être lentes. Il a également rappelé, que le traitement judiciaire d’une affaire criminelle normale, peut durer des années.

 



Commentaire


Retour en haut